•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Journalistes : Isabelle Montpetit (Nouvelle fenêtre) et Lili Marin (Nouvelle fenêtre)

Pauline Marois est intimement associée à l'histoire du Parti québécois, dont elle est membre depuis plus de 30 ans. Dès ses premières années en politique, son ascension a été fulgurante, tant au gouvernement, où elle a piloté les ministères les plus exigeants, qu'au sein du parti.

Elle n'a jamais caché son désir de devenir chef du Parti québécois et première ministre du Québec. Elle a perdu deux courses à la direction, en 1985 et en 2005. Elle avait aussi songé à se présenter en 2001, au moment de la démission de Lucien Bouchard.

Seulement quelques heures après la démission d'André Boisclair, le 8 mai 2007, un sondage la donnait favorite pour succéder au chef du PQ. Les militants réclamaient son retour.

Elle est élue sans opposition.

Après avoir été élue dans La Peltrie, puis Taillon, elle fera son retour à l'Assemblée nationale comme députée de Charlevoix à l'automne 2007. En septembre, elle y a remporté une victoire convaincante devant son adversaire adéquiste, les libéraux ayant choisi de ne pas présenter de candidat.

Lors des élections générales de 2008, elle redonne au Parti québécois le titre d'opposition officielle avec 51 sièges (contre 66 pour le Parti libéral, mené par Jean Charest). Dans la foulée, elle conserve sa circonscription devant le libéral Jean-Luc Simard.

  • Naissance : le 29 mars 1949
  • Études : baccalauréat en service social et maîtrise en administration des affaires (MBA)
  • Engagement au sein de nombreux organismes communautaires
  • Attachée de presse de Jacques Parizeau, alors ministre des Finances, puis chef de cabinet de Lise Payette, alors ministre d'État à la Condition féminine
  • Élue pour la première fois en avril 1981, dans La Peltrie
  • Première femme en Occident à avoir accouché pendant qu'elle occupait une fonction ministérielle
  • Candidate à la succession de René Lévesque en 1985
  • Députée de Taillon depuis 1989
  • A occupé une quinzaine de ministères, dont la Santé, l'Éducation et les Finances, a aussi présidé le Conseil du Trésor
  • Mariée à Claude Blanchet, qui a été PDG de la Société générale de financement entre 1997 et 2003
  • Indépendante de fortune
  • Mère de quatre enfants, aujourd'hui adultes (Catherine, Félix, François-Christophe et Jean-Sébastien)
  • Annonce sa candidature à la succession de Bernard Landry le 5 juin 2005, puis perd la course à la direction le 15 novembre
  • Quitte la politique en mars 2006
  • Dépose officiellement sa candidature à la succession d'André Boisclair le 18 juin 2007
  • Devient la première femme chef du Parti québécois
  • Est élue députée de Charlevoix le 24 septembre 2007
  • Réélue en décembre 2008, elle devient chef de l'opposition officielle

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.