•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nomination de Russell Mills confirmée

Radio-Canada

L'ancien éditeur du quotidien Ottawa Citizen succède ainsi à Marcel Beaudry à la présidence de la Commission de la capitale nationale, mais il sera assisté par un président-directeur général.

Le ministre fédéral Lawrence Cannon, responsable de la Commission de la capitale nationale (CCN), a confirmé, jeudi, la nomination de Russell Mills au poste de président de la CCN. L'ancien éditeur du quotidien Ottawa Citizen succède ainsi à Marcel Beaudry.

La fonction de M. Mils sera toutefois différente. Ce dernier travaillera à temps partiel et aura un mandat de cinq ans. Russell Mills sera par ailleurs assisté d'un président-directeur général qui sera nommé dans les prochains mois.

Des efforts pour parfaire son français

Par ailleurs, Russell Mills s'est engagé à améliorer ses connaissances dans la langue de Molière. « Je pense que les gens vont constater que M. Mills est une personne d'expérience [...]. C'est une personne qui s'est engagée publiquement, devant nous, à parfaire et à améliorer son français. Je n'ai aucune espèce de doute sur sa capacité de pouvoir le faire », a soutenu le ministre Cannon.

Pour le maire de Gatineau, Marc Bureau, cette situation ne posera pas problème. Il soutient que le président-directeur général devrait de son côté être bilingue, ce qui permettra une communication plus facile.

Le ministre Cannon a aussi souligné que l'ancien éditeur a été à la fois un défenseur de la CCN, mais aussi un de ses grands critiques.

Russell Mills a travaillé pour le Ottawa Citizen pendant 31 ans. Il a été le grand patron du quotidien pendant les 16 dernières années. En 2002, il a été renvoyé par les propriétaires du journal, le groupe Canwest Global, après s'être opposé à sa politique éditoriale. Il avait signé un éditorial demandant la démission de Jean Chrétien.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.