•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un grand vulgarisateur nous quitte

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

René Mailhot oeuvrait à Radio-Canada depuis 40 ans, et a été témoin de grands événements de l'histoire. Plusieurs, dont le directeur général de l'information Alain Saulnier, rendent hommage à son héritage journalistique considérable.

C'est avec grande tristesse que nous avons appris le décès, samedi à Longueuil, du journaliste René Mailhot, à la suite d'une pneumonie. Il avait 64 ans.

En plus de 40 ans de carrière, René Mailhot s'était forgé une réputation de spécialiste de l'actualité internationale. Sa capacité à faire la synthèse et à rendre clairs des faits complexes pouvait être appréciée récemment à l'émission Désautels, à la Première Chaîne, dans ses interventions comme analyste, au Téléjournal, ainsi que dans ses carnets publiés sur le site Internet de Radio-Canada.

Arrivé à la télévision publique canadienne à Moncton, en 1966, René Mailhot avait auparavant travaillé trois ans au quotidien Le Droit, à Ottawa. Durant les années 70, il a fait des passages remarqués aux émissions d'affaires publiques Le 60 et Télémag.

René Mailhot a également collaboré aux émissions Sans frontières et Indicatif présent, à la Première Chaîne, où ses cartes géopolitiques ont permis d'en connaître davantage sur des endroits et des conflits oubliés. Mentionnons aussi l'adaptation de ce concept au format papier, dans le Journal de Montréal.

Le journaliste a séjourné dans plus d'une centaine de pays, particulièrement en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie. Il a vécu, et a fait vivre au public, de grands événements comme le démantèlement de l'URSS et la chute du mur de Berlin, la fin de l'apartheid en Afrique du Sud, la guerre civile au Mozambique, les boat people vietnamiens en mer de Chine, la révolution islamique en Iran et le conflit israélo-palestinien.

Chez nous, René Mailhot a notamment couvert la crise d'Octobre, ainsi que les déchirements entre René Lévesque et Pierre Bourgault, avant l'émergence du Parti québécois.

René Mailhot a aussi fait plusieurs stages d'études spécialisées aux États-Unis et en Europe. Il a présidé la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, a participé à la fondation du Conseil de presse, en plus de diriger le magazine de journalisme Le trente.

Un hommage du directeur de l'information de Radio-Canada, Alain Saulnier

Le service de l'information est en deuil. Je suis en deuil. René Mailhot est décédé sans qu'on puisse même lui dire merci et lui dire toute l'affection que nous avions à son égard. La vie est ainsi faite. Notre collègue René Mailhot a été à sa manière un pionnier de l'information internationale au sein de la profession journalistique, celui qui nous a entraînés avec lui avec enthousiasme et conviction afin que nous puissions mieux saisir les grands enjeux internationaux, notamment parce qu'ils ont un lien avec les enjeux d'ici.

René a été un des premiers à bien cerner toute l'importance de l'interdépendance entre les États, les cultures, les idéologies, tout ça avant même que le mot « mondialisation » ne fasse partie de notre vocabulaire.

Il a contribué de façon exceptionnelle à l'effort consenti par Radio-Canada de placer l'information internationale au coeur de notre programmation. Il a salué cette ouverture sur le monde placée au centre des préoccupations de la programmation de la Première Chaîne. À la radio, les émissions Sans frontières et Indicatif présent, entre autres, ont profité largement de son expertise et de sa capacité hors de l'ordinaire de nous faire comprendre le monde d'aujourd'hui.

Ce bagage, il l'a également amené avec lui sur le web dans ses carnets, parmi les plus lus, semaine après semaine. Même malade, il a tout de même voulu écrire sur le site Internet de Radio-Canada son dernier carnet, le 20 avril dernier, à propos du conflit israélo-palestinien, suscitant à nouveau des commentaires des internautes qui souhaitaient participer avec lui à la compréhension du monde, comme nous tous.

Lorsque je lui ai proposé de venir expliquer le monde au Téléjournal avec Céline Galipeau le dimanche soir, René s'est réjoui, non pas comme un journaliste qui cherche à mousser sa popularité, mais comme quelqu'un qui souhaitait contribuer à la connaissance que nous devons tous avoir de ce monde complexe du 21e siècle.

René Mailhot a eu l'immense générosité de nous transmettre sa passion pour le métier de journaliste. J'en sais quelque chose, pour l'avoir côtoyé au sein de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec. Il a eu la même énergie au cours des dernières années afin de partager avec nous sa passion pour l'information internationale. Nous lui en serons toujours reconnaissants. Ce sont des gens comme lui qui ont fait de Radio-Canada la source d'information unique qu'elle constitue pour les francophones.

Merci René!

Alain Saulnier
Directeur général de l'information
Radio-Canada

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.