•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour Kyoto, contre Harper

Radio-Canada

Trois jours après la publication du rapport Baird, des milliers de citoyens se mobilisent pour dénoncer les politiques environnementales du gouvernement Harper et exiger le respect du protocole de Kyoto.

Cette année, le Jour de la Terre a pris une tournure particulièrement politique au Canada. Des milliers de citoyens ont manifesté en faveur de l'environnement, quelques jours après la publication du rapport du ministre fédéral de l'Environnement, John Baird, qui prédit une catastrophe économique si le pays réduit ses émissions de gaz à effet de serre tel que l'exige le protocole de Kyoto.

À Montréal, près de 10 000 personnes ont pris part dimanche à la marche « Kyoto pour l'espoir » pour dénoncer la politique environnementale du gouvernement Harper. Profitant d'une journée de printemps ensoleillée, ils s'étaient donné rendez-vous en après-midi au parc Lafontaine, avec leurs bannières et affiches.

De nombreuses personnalités politiques étaient présentes, dont le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe, le candidat néo-démocrate et ancien ministre libéral de l'Environnement Thomas Mulcair, le député libéral fédéral Pablo Rodriguez et la nouvelle ministre de l'Environnement du Québec, Line Beauchamp.

« Certains polluent plus que d'autres, a souligné Gilles Duceppe. Quand on dit que c'est la responsabilité de tout le monde [et que] tout le monde doit faire les mêmes efforts, je ne suis pas d'accord avec ça. Il y en a qui se sont enrichis grâce à la pollution, c'est à eux de payer. » Le chef bloquiste estime que la marche de dimanche envoie à cet égard un « puissant message ».

« La vraie catastrophe va venir si on ne respecte pas Kyoto », a déclaré pour sa part le candidat néo-démocrate et ancien ministre québécois de l'Environnement, Thomas Mulcair. Selon lui, le rapport Baird n'est pas sérieux. Et il déplore le fait que les conservateurs tentent de profiter de « l'incurie et l'incompétence » du précédent gouvernement libéral de Jean Chrétien, qui a signé le protocole sans respecter son engagement.

M. Mulcair a perdu son poste de ministre du gouvernement Charest dans la controverse sur la privatisation partielle du mont Orford. Il a annoncé la semaine dernière son intention de porter la bannière du NPD aux prochaines élections fédérales.

De son côté, le député libéral d'Honoré-Mercier, Pablo Rodriguez, a soutenu que le gouvernement Harper menait « une politique de peur » à l'égard du protocole de Kyoto, mais que la population était en désaccord.

La porte-parole de Québec solidaire Françoise David, le chef du Parti vert du Québec Scott McKay, la présidente de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) Claudette Carbonneau et d'autres leaders ont aussi participé à la marche.

Ailleurs au pays

À Ottawa, les manifestants rassemblés sur la colline Parlementaire ont donné le numéro de téléphone du bureau du premier ministre Stephen Harper pour inviter les Canadiens à lui exprimer leur volonté que le protocole de Kyoto soit adopté.

Le ministre fédéral de l'Environnement, John Baird, a souligné le Jour de la Terre en plantant de nouveaux arbres dans une cour d'école d'Ottawa.

Lundi, il doit livrer un discours à Montréal sur le leadership dont fait preuve le Canada sur la scène internationale en matière d'environnement. Le gouvernement fédéral déposera cette semaine ses mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.