•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Minoritaire et paritaire

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier ministre Charest fait l'histoire avec un conseil des ministres comptant autant d'hommes que de femmes, en plus de confier à Monique Jérôme-Forget la double responsabilité des Finances et de la présidence du Conseil du Trésor.

La lieutenant-gouverneur Lise Thibault a procédé à l'assermentation du premier ministre et des membres de son nouveau gouvernement. Les acteurs principaux de l'ancien gouvernement conservent un rôle important en son sein, mais changent dans plusieurs cas de portefeuille.

Monique Jérôme-Forget obtient le ministère des Finances, tout en conservant la présidence du Conseil du Trésor, devenant par ce cumul un personnage incontournable de ce nouveau gouvernement.

Comme dévoilé plus tôt dans la journée, Claude Béchard devient ministre des Ressources naturelles. Il remplace Pierre Corbeil, battu lors du dernier scrutin par son adversaire péquiste.

Avec ce nouveau gouvernement, vient aussi le retour en grâce de Sam Hamad. Un des deux seuls élus libéraux dans la région de Québec, il devient ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Il avait dû laisser son portefeuille de ministre des Ressources naturelles, en 2005, après le fiasco dans le dossier du Suroît.

Le constitutionnaliste Benoît Pelletier conserve les Affaires intergouvernementales canadiennes. Il devient aussi ministre des Affaires autochtones, et remplace ainsi Geoffrey Kelley, qui redevient simple député. Lors de l'assermentation du premier gouvernement Charest, il avait été le seul à s'attirer les louanges du chef de l'opposition Bernard Landry.

Laissés de côté

L'ex-enquêteur de la Sûreté du Québec et spécialiste du crime organisé Guy Ouellet, que certains voyaient à la Sécurité publique, est laissé sur la touche.

Il n'est pas la seule des recrues à demeurer simple député, puisque Pierre Arcand, l'ex-président de Corus-Québec, subit le même sort, tout comme l'ex-cadre de la Banque Royale Nicole Ménard. « Il faut se rendre compte que je ne suis pas quelqu'un d'expérimenté sur le plan parlementaire. Donc c'est parfait, on va apprendre », a laissé tomber M. Arcand, en marge de la cérémonie.

Une expérience historique

Au terme de la cérémonie d'assermentation, le premier ministre Charest s'est félicité de la force de sa nouvelle équipe. Il a réitéré avoir compris le message envoyé par les Québécois, qui ont élu un gouvernement minoritaire pour la première fois depuis 1878.

« En élisant un gouvernement minoritaire, les Québécois ont suspendu les traditions. Le gouvernement ne pourra plus décider seul, et l'opposition seulement critiquer », a averti le premier ministre, qui a invité les élus, toutes formations confondues, à travailler pour le bien commun.

Jean Charest n'est par ailleurs pas peu fier d'avoir le premier conseil des ministres de l'histoire du Québec où règne la parité entre les hommes et les femmes, en plus d'accueillir la première ministre noire en son sein: Yolande James.

Avec seulement 18 ministres nommés, il s'agit du plus petit gouvernement depuis le début de la Révolution tranquille.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.