•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un délai de réaction critiqué

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La direction de l'établissement est critiquée pour son délai de réaction.

Plusieurs étudiants se sont plaints de ne pas avoir été rapidement avertis de la situation par la direction du campus.

Un premier courrier électronique les informant d'une fusillade a été envoyé à 9 h 26, mais sans donner d'instructions précises sur la marche à suivre. C'est plus de deux heures après les premiers coups de feu tirés dans le dortoir, et peu de temps avant que le forcené ne fasse feu dans une salle de classe.

À 9 h 55, la direction de l'université envoie un second courriel avertissant les étudiants qu'un « tireur incontrôlé » se trouve toujours sur le campus. « Ils nous disaient de rester où on était et loin des fenêtres. Mais où était-on en sécurité sur le campus? » s'interroge Erin Mabry, une étudiante de 25 ans. Selon des étudiants, un système d'alarme sonore a aussi été déclenché au cours de la matinée.

« On ne pouvait prendre des décisions que sur la base des informations que l'on avait à ce moment-là », a expliqué le président de Virginia Tech, Charles Steger, lors d'une conférence de presse tenue en après-midi.

Après les premiers coups de feu, les autorités ont pensé qu'il s'agissait d'une dispute domestique et que le tireur avait quitté le campus. « Nous n'avions aucune raison de suspecter qu'un autre incident allait se produire », a-t-il ajouté.

Un centre de conférence du campus a été aménagé pour accueillir les familles, et plusieurs cellules de soutien psychologique ont été mises en place. Les cours ont été annulés officiellement jusqu'à mercredi.

Une cérémonie aura lieu mardi, à 14 h, pour que toute la communauté fréquentant l'université puisse se réunir. En visite au Japon, le gouverneur de l'État, Tim Kaine, a sauté dans un avion pour y participer.

Installée en pleine campagne sur plusieurs centaines d'hectares, Virginia Tech compte 26 000 étudiants et personnel, dont 9000 qui sont logés sur le campus.

Il s'agit de la deuxième fermeture en moins d'un an en raison d'une fusillade. En août 2006, un prisonnier s'était évadé de prison après avoir tué un surveillant d'hôpital. Il s'était ensuite réfugié sur le campus de Virginia Tech. Un policier lancé à sa poursuite avait trouvé la mort. La rentrée des classes avait été annulée et le campus, fermé.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.