•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin de Mars Global Surveyor expliquée

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La NASA affirme qu'une erreur humaine est à l'origine de la perte de sa sonde martienne, en novembre dernier.

Une erreur humaine est à l'origine de la perte de la sonde américaine Mars Global Surveyor (MGS), montre un rapport préliminaire de la NASA.

Après avoir réalisé une mission quatre fois plus longue que prévu, la sonde a cessé de fonctionner le 2 novembre 2006. Ce jour-là, les responsables de la mission ont transmis une commande à l'ordinateur de bord de MGS afin qu'il procède à des réglages de routine de l'orientation des panneaux solaires.

Selon le rapport, c'est une erreur informatique dans la programmation de la mémoire de l'ordinateur réalisée six mois plus tôt qui a conduit à une défaillance de ses batteries.

Le problème

À la suite de la réorientation erronée, MGS a exposé l'une de ses deux batteries directement aux rayons solaires chauds, ce qui a provoqué une surchauffe.

La perte de la sonde MGS est le résultat d'une série d'événements liés à une erreur informatique faite cinq mois avant la défaillance des batteries.

Une citation de :Dolly Perkins NASA

Saviez-vous que?

Mars Global Surveyor avait été lancé le 7 novembre 1996 et s'était placé le 11 septembre 1997 en orbite autour de Mars avant de commencer à cartographier la planète en avril 1999, transmettant au total 240 000 photos.

Un héritage important

MGS a scruté l'ensemble de la surface martienne, l'atmosphère et la structure interne de la planète. Elle a renvoyé vers la Terre plus de données sur Mars que toutes les autres missions réunies.

Cette sonde a photographié des ravins et des écoulements de débris qui suggèrent qu'il puisse y avoir des sources d'eau liquide. La sonde a également permis de mieux comprendre le champ magnétique martien qui ne serait pas globalement généré par le noyau de la planète, mais par des zones localisées dans la croûte. Également, la sonde a donné aux scientifiques les premières images en trois dimensions de la calotte de glace du pôle Nord.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.