•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ni loué, ni contesté

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Stéphane Dion maintient être bien en selle à la tête de son parti, bien que les sondages indiquent sans détour que l'engouement populaire pour sa personne n'est pas au rendez-vous.

Le leadership du chef libéral Stéphane Dion ne fait l'objet d'aucune contestation ouverte, mais les sondages ne donnent pas pour autant aux militants des raisons de se réjouir.

En tournée au Québec pour présenter son projet de société articulé autour de l'économie, de la justice sociale et de l'environnement, Stéphane Dion soutient être bien en selle et que ses militants ont hâte d'en découdre avec les conservateurs.

« Les prochaines élections seront un point tournant, et nous avons un devoir de réussir », martèle M. Dion.

Mais certains de ses principaux conseillers reconnaissent que les libéraux ont du travail à faire. Le député Pablo Rodriguez croit que le PLC doit déployer de plus grands efforts pour rétablir les ponts avec les Québécois, plus particulièrement avec les francophones et à l'extérieur de Montréal.

Il somme par ailleurs les militants insatisfaits de leadership de Stéphane Dion de rentrer dans les rangs.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.