•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oromocto est en deuil

Cinq des six soldats canadiens tués en Afghanistan dimanche habitaient dans cette ville du Nouveau-Brunswick.

Les Forces canadiennes rapatrient les corps des six soldats tués en Afghanistan dimanche. Cinq d'entre eux provenaient de la base militaire de Gagetown, tout près d'Oromocto, au Nouveau-Brunswick. Cette ville tout entière est touchée par la triste nouvelle.

En Afghanistan, lors du départ des cercueils, les 1100 militaires de Gagetown ont salué une dernière fois leurs confrères.

À Oromocto, un ancien soldat souffrant du syndrome post-traumatique a déposé des fleurs devant l'entrée de la base. Il a indiqué qu'il a perdu son frère à la guerre et qu'il tenait à saluer le courage des soldats qui sont tombés au combat.

À l'école primaire l'Arc-en-Ciel, les drapeaux sont en berne. Presque tous les enfants qui fréquentent cette école française comptent un parent qui travaille à la base de Gagetown, juste à côté.

Mardi matin, les élèves ont observé une minute de silence avant le début des cours. Puis les enseignants et des éducateurs spécialisés sont revenus sur les événements de la fin de semaine.

Le lieutenant-colonel Paul Kearney, chef d'État major de la base de Gagetown, a dû annoncer à la famille Lucas le décès de l'un des siens. Il a été secoué, mais il a souligné que le moral des troupes à la base de Gagetown reste bon malgré tout.

Les autorités militaires n'ont pas encore toutes les données pour expliquer ce qui s'est passé en Afghanistan. Personne à Gagetown ne remet en cause la fiabilité du VBL III, le véhicule blindé léger dans lequel circulaient les six soldats tués dimanche par une bombe.

Aucun thème sélectionné