•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vraie histoire de pêche!

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'autopsie du requin du Groenland pêché dans le Saguenay, l'hiver dernier, permet de croire que l'animal n'était pas simplement un visiteur égaré, mais bien un résident du Fleuve Saint-Laurent.

Un rapport préliminaire déposé par le chef de recherche sur les écosystèmes fluviaux à Environnement Canada, André Talbot, révèle que le requin du Groenland pêché dans le Saguenay en janvier 2006 était un spécimen très contaminé par différents produits industriels, tels le mirex, les BPC et certains métaux lourds.

Le premier bilan d'autopsie d'Environnement Canada indique que la contamination de l'animal atteignait un niveau semblable à celui des bélugas. Selon André Talbot, cette comparaison permet de supposer que ce requin était bel et bien un résident du fleuve Saint-Laurent. Le chercheur présume que ce visiteur curieux y avait élu domicile depuis plusieurs années. En somme, il y aurait vécu la plus grande partie de sa vie.

Ces données ont été recueillies à la suite de l'autopsie réalisée en juin dernier à La Baie par une dizaine de scientifiques américains et canadiens, experts des requins.

Richard St-Louis, biologiste à l'Institut des Sciences de la mer à Rimouski, a assisté à l'opération. Il n'en est d'ailleurs pas revenu les mains vides. Il a rapporté des prélèvements qui lui ont permis de constater que le requin était particulièrement contaminé au mercure.

Histoires de pêche

Le requin du Groenland a été pêché sous les glaces du Saguenay l'hiver dernier par une dame qui, vraisemblablement étonnée de découvrir l'étrange animal qui avait mordu à l'hameçon, a décidé de le remettre au Musée du Fjord à Saguenay. La directrice de l'établissement, Guylaine Simard, a alors pris l'initiative d'entreprendre l'autopsie du requin. Ce projet a suscité l'intérêt des plus grands spécialistes de requins de l'Amérique, dont des scientifiques de l'Institut Lamontagne et de l'Université du Québec à Rimouski.

Cette autopsie a été un événement spectaculaire, diffusé en direct sur Internet devant 800 étudiants du secondaire à Saguenay.

Tant et si bien que la directrice du Musée du Fjord et quelques scientifiques envisagent de produire un documentaire sur le sujet d'ici quelques années. Si le financement le permet, souligne toutefois Guylaine Simard.

Le requin du Groenland est un animal méconnu. Les nombreux rapports scientifiques attendus permettront d'en apprendre davantage sur ses habitudes de vie.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.