•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La bosse d'Alex

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

« Départ dans quatre minutes, four minutes! », crie le starter.

Ils sont 42 fondeurs sur la ligne de départ du 30 km libre, chez les juniors A. Nous sommes aux récents Championnats canadiens de ski de fond, au mont Sainte-Anne. Ils partent cinq minutes après les 67 seniors.

C'est un départ de masse. Les meilleurs, ceux qui comptent le plus de points au classement canadien, s'installent en avant. Avec tout ce monde, il faut faire vite et c'est un peu la cohue.

« Trois minutes. »

Coudonc, où est Alex Harvey? On le voit pas? Soudain, Alex émerge de l'arrière, s'avance en sautillant pour réchauffer les muscles, sourire aux lèvres, skis au bout des bras.

« Deux minutes. »

Il fait quelques élongations, échange quelques mots et un sourire à sa gauche, avec son grand ami Frédéric Touchette, installé lui aussi tout en avant, met ses skis.

« Une minute. »

Là, ça niaise plus.

Alex se penche, crache, se redresse et se met en position. Ses doigts se referment sur les bâtons, les uns après les autres, de l'auriculaire au pouce. Ses narines enflent. Silence tendu. Tout le monde retient son souffle.

La sirène retentit. Là ça part. Shshshshshshsh! Les skis coupent dans ce qui résonne ce matin-là comme du gros sel glacé. Shshshshshshsh! Spectaculaire. Un gigantesque balai mécanique dans une folle accélération.

Les skieurs s'engouffrent dans un entonnoir avant de disparaître dans la forêt. « Ici c'est relax, a dit Alex après la course. Aux Championnats du monde, je te le dis, dans le premier kilomètre, ça se pile sur les skis, ça joue du coude, y'a des bâtons cassés partout. »

Évidemment, aux mondiaux, ce sont tous des athlètes habitués aux avant-postes dans leurs nations respectives. Imaginez 70-80 Alex Harvey sur une ligne de départ!

Le résultat de la course importe peu, on savait qu'il gagnerait. C'est la façon. Au 3e passage des 15 km, Alex tirait son chum Frédéric. Ils étaient déjà loin devant les autres. Alex: « C'est à cause du classement par province. C'était bon pour notre province qu'on finisse 1-2. »

Au 20e km, plus de Fred! Alex n'a pas accéléré, c'est juste que la cadence était trop rapide pour Fred, qui a quand même maintenu sa 2e place jusqu'à l'arrivée. « Il m'a pris 40 secondes en 3 km », a dit Fred, ébloui.

Au 25e km, Alex était le seul, junior comme senior, le seul à maintenir sa position aérodynamique dans les faux plats descendants: penché, gants couvrant le nez, coudes rentrés, bâtons bien à l'horizontale.

On retient deux choses. De tous les juniors ou seniors, il est le seul à avoir amélioré son temps, même légèrement, à chaque tranche de 10 km, et quand il a franchi la ligne, après 30 km à une vitesse moyenne d'environ 23 km/h, il avait l'air à peine essoufflé.

Il a levé les bras, terminé à reculons au grand plaisir des spectateurs, et glissé doucement jusqu'à son père Pierre qui l'attendait.

Les autres ont suivi, plusieurs s'effondrant à la ligne, la bouche ouverte, les yeux vitreux, une petite couche de frimas dans ce qui deviendra peut-être une moustache.

Quand Alex est « accoté »

Son entraîneur Louis Bouchard est celui qui explique le mieux le comportement en course d'Alex Harvey.

« Quand il est accoté (quand il a atteint ses limites physiques), il est encore capable de bien réfléchir sur ses actions, il va prendre les bonnes décisions techniques.

« Pendant que les autres essaient de pas décrocher, lui, il pense plutôt au prochain virage. Comment je vais placer mon ski. Là, il va y avoir une petite bosse à gauche, il faut pas que j'aille dessus. »

Et là? C'est quoi cette grosse bosse-là? Oh, un podium!

Celle-là il faut que je monte dessus.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.