•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un témoignage accablant contre Munyaneza

Radio-Canada

Le procès pour génocide du Rwandais Désiré Munyaneza se poursuit à Montréal avec le témoignage accablant d'une femme qui affirme avoir été violée à plusieurs reprises par la milice hutue que commandait l'accusé.

Le procès de Désiré Munyaneza, ancien commandant d'une milice hutue, se poursuit mercredi à Montréal. Il doit répondre à des accusations de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre entourant les atrocités commises envers les Rwandais en 1994.

Le témoin, une femme qui a dû être conduite à l'hôpital à la suite de son premier témoignage, la semaine dernière, a raconté les atrocités dont elle a été victime pendant les quelques jours où on l'a gardée dans ce qu'elle a appelé une « captivité sexuelle. »

Selon cette femme identifiée seulement par le code C-15, les miliciens hutus que dirigeait Désiré Munyaneza l'ont violée à plusieurs reprises dans un immeuble où les génocidaires commettaient des agressions sexuelles et des assassinats contre des femmes tutsies.

Désiré Munyaneza s'est enfui du Rwanda en 1997 avec un faux passeport et a réclamé le statut de réfugié au Canada. Il a été appréhendé par la GRC en 2005 à Toronto, au terme d'une enquête de cinq ans.

M. Munyaneza est soupçonné de meurtre, de terreur psychologique, d'attaques physiques et de violence sexuelle à l'égard de Tutsis. Il est notamment accusé du viol de plusieurs femmes et fillettes et d'avoir encouragé ses subalternes à commettre de tels actes.

Le procès de Désiré Munyaneza est présidé par le juge André Denis de la Cour supérieure du Québec. Il a été précédé de plusieurs semaines d'auditions préliminaires au Rwanda. Un procès pour crimes de guerre constitue une première en 15 ans au Canada.

Selon le Centre canadien pour la justice internationale, au moins 800 criminels de guerre et violateurs des droits de la personne vivent au Canada. Le Canada est un des rares pays à avoir adopté une loi qui lui permet, sur son territoire, de poursuivre des individus ayant commis des crimes à l'étranger.

Aucun thème sélectionné