•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écouter et coopérer

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La députée libérale Line Beauchamp dit que son parti doit prendre bonne note du verdict populaire et refaire ses devoirs. Elle assure que le gouvernement va travailler avec les autres partis pour permettre au Québec d'avancer.

En ce lendemain d'élections, les différents partis en sont au bilan et essaient d'expliquer les résultats.

En entrevue au Réseau de l'information, la députée libérale Line Beauchamp, qui a facilement été réélue dans Bourassa-Sauvé, indique que les Québécois ont porté un jugement sévère au Parti libéral, mais que celui-ci doit l'accepter.

Elle ajoute que les Québécois ont envoyé un message clair à son parti, de même qu'à l'ensemble de la classe politique. Selon elle, les Québécois veulent être davantage écoutés par les politiciens, et c'est ce que le PLQ devra faire.

Ce que je comprends, c'est qu'il n'y a aucun des partis politiques qui peut se présenter en disant: « j'ai le monopole de la vérité. » C'est un appel pour nous les politiciens à écouter davantage la population. Je pense aussi qu'on est habitué à un modèle de confrontation, mais je pense que là, pour les intérêts supérieurs du Québec, c'est un appel à un modèle de coopération.

Une citation de :Line Beauchamp

Elle a dit ensuite que son parti était prêt et qu'il allait travailler avec les autres partis pour faire avancer les choses au Québec.

Des erreurs

En tant qu'organisatrice de la campagne libérale, Mme Beauchamp a admis certaines erreurs de son parti au cours de cet exercice. Ainsi, elle affirme que les libéraux ont trop martelé l'option souverainiste du PQ. « Cela a pris trop de place alors que clairement, les Québécois sont rendus ailleurs », dit-elle.

Elle convient aussi que le chef libéral Jean Charest a pris un risque important en déclenchant des élections alors que le taux d'insatisfaction envers le gouvernement était très élevé. Elle soutient cependant que les libéraux étaient tout de même confiants puisqu'ils avaient la conviction d'avoir amélioré les choses au Québec. Elle rappelle aussi que dès le début de la campagne les libéraux avaient admis que leur bilan n'était pas parfait.

Malgré les résultats décevants, Mme Beauchamp se félicite tout de même que les Québécois aient décidé de confier le gouvernement au PLQ, en cette période de division.

« Je pense que le mieux placé en ce moment pour essayer de rallier les Québécois autour d'une vision commune, ça demeure Jean Charest. »

Un tsunami adéquiste

Sam Hamad, un des deux survivants libéraux dans la région de Québec, a lui aussi affirmé que les résultats de lundi étaient un message sévère envers le Parti libéral. Il assuré que le parti allait en prendre bonne note.

Selon lui, la montée spectaculaire de l'ADQ est attribuable à l'insatisfaction des gens envers le gouvernement sortant et le désir de changement. Mais surtout, selon M. Hamad, le succès de l'ADQ est attribuable au fait que Mario Dumont a réussi à prendre des idées populaires et de les transformer en programme politique. Il s'est tout de même dit étonné de l'ampleur du vote adéquiste.

On voyait un vent adéquiste [dans la région de Québec] mais pas un tsunami.

Une citation de :Sam Hamad

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.