•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boisclair attaqué à gauche et à droite

Radio-Canada

Le chef de l'Action démocratique accuse son rival péquiste de vouloir faire reculer le Québec en prenant un virage à gauche. La porte-parole de Québec solidaire affirme quant à elle que les vrais progressistes sont dans son parti.

À Gatineau, pourtant un fief libéral, le chef de l'Action démocratique du Québec, Mario Dumont, s'est violemment attaqué dimanche au chef du Parti québécois (PQ), André Boisclair.

M. Dumont accuse André Boisclair de vouloir faire reculer le Québec en adoptant un virage à gauche, voire en l'associant à la « go-gauche ».

Selon M. Dumont, une politique de gauche du PQ signifie un État plus lourd, des structures centralisatrices et surtout une dette plus lourde pour la province. Il juge également qu'une politique de gauche du PQ mettrait « des bâtons dans les roues » des PME et que celles-ci auraient des difficultés à créer de nouveaux emplois.

Le chef de l'ADQ estime également que M. Boisclair est prisonnier de l'aile gauche du parti, incarnée par le SPQ libre. Le groupe Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre! est un club politique au sein du Parti québécois.

Par ailleurs, M. Dumont estime que l'ADQ a réussi à créer l'espoir chez les Québécois qui se sentent oubliés par les gouvernements successifs. Il cite, à titre d'exemple, les familles qui n'utilisent pas les services de garde.

M. Dumont intègre aussi dans la catégorie des Québécois « oubliés » les enseignants qui n'ont pas été consultés, selon lui, pour la réforme scolaire, et plus largement le monde de l'éducation.

De son côté, la porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, a déclaré dans une entrevue à NTR que « les vrais contestataires, ceux qui proposent des solutions les plus audacieuses, les plus proches des gens », sont dans son parti.

Samedi à Longueuil, André Boisclair a exhorté les pacifistes, les altermondialistes, les féministes, les progressistes et les environnementalistes à se rallier au Parti québécois.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.