•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lacroix débouté

Radio-Canada

L'ancien président de Norbourg, Vincent Lacroix, n'aura pas droit à l'aide de l'État québécois qu'il réclamait pour ses frais juridiques.

Au palais de justice de Montréal, un juge a refusé mercredi la demande d'aide de l'État québécois que le président déchu de Norbourg, Vincent Lacroix, réclamait pour ses frais juridiques.

M. Lacroix affirme que le dossier était trop complexe pour qu'il assume sa propre défense. Il prétendait aussi qu'il était dans l'indigence, incapable de se payer les services d'un avocat.

Le juge Claude Leblond a taillé en pièces l'argumentaire de Lacroix. Il a relevé que Lacroix a eu accès à des liquidités quand il a transféré 2 millions de dollars aux Bahamas, avant les perquisitions effectuées chez Norbourg.

Le juge Leblond a également noté que les dépenses familiales étaient supérieures au salaire gagné par la conjointe de Lacroix, ce qui laisse croire que le couple a accès à d'autres fonds. L'accusé soutenait qu'il s'agissait de la seule source de revenus de la famille.

Le magistrat a aussi souligné que Lacroix était très bien organisé et qu'il connaissait suffisamment le dossier pour assurer sa propre défense.

Vincent Lacroix fait face à 51 chefs d'accusations déposés par l'Autorité des marchés financiers, notamment pour détournement de fonds. Son procès débutera le 7 mai prochain.