•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bébé qui vaut 5000 dollars

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Poursuivant les annonces sur la famille, Dumont s'est engagé à verser une allocation de 5000 $ à la naissance ou à l'adoption d'un troisième enfant. Agacé, il a aussi parlé de « chasse aux sorcières » au sujet la controverse qui entoure son candidat Éric Dorion.

Mario Dumont a dévoilé vendredi matin d'autres pans de sa politique familiale, un thème majeur dans la plateforme du parti.

En campagne à Sainte-Thérèse, au nord de Montréal, le chef de l'ADQ a visité une garderie. Il y a promis une allocation de 5000 $ aux couples, à la naissance ou à l'adoption d'un troisième enfant, ainsi qu'aux suivants.

Le chef n'a pas caché que son but est de stimuler la natalité, d'autant que, souvent, dit-il, l'arrivée du troisième enfant s'accompagne de frais supplémentaires:

« On vise à terme à ce que le Québec ait plus d'enfants »

— Une citation de  Mario Dumont

Il évalue le coût de cette mesure à 25 millions de dollars.

Mario Dumont s'engage aussi à alléger les mécanismes d'adoption au Québec et à soutenir financièrement les parents qui adoptent à l'étranger.

Prime à l'enfant, regard sur un passé récent
Introduites par le gouvernement de Robert Bourassa en 1988, les primes à la naissance ont été supprimées par le gouvernement du Parti québécois en 1997. Ont-elles aidé? Les avis divergent. Une étude réalisée par un économiste de l'Université de Toronto, Kevin Milligan, montrait en 2001 que le programme aurait entraîné une hausse de 10 % du taux de fécondité chez les femmes qui n'avaient pas d'enfant, de 13 % chez les femmes qui avaient déjà un enfant, et de 25 % chez les femmes qui avaient déjà deux enfants ou plus.

Par ailleurs, l'ADQ entend aider financièrement les couples qui ont recours à des traitements de fertilité.

« Tous les traitements reliés à la fertilité ne sont pas reconnus par la Régie de l'assurance maladie », a-t-il déploré, soulignant que près d'un couple sur 8 était touché par ce problème.

L'ADQ estime que l'ensemble de sa politique familiale nécessitera un investissement annuel de 875 millions de dollars, soit le plus important engagement financier du parti dans la campagne 2007.

Mario Dumont a déjà promis de donner 100 $ par semaine pour chaque enfant n'occupant pas une place dans une garderie subventionnée. Le coût annuel de cette mesure est évalué à 912 millions de dollars.

Retour sur le cas d'Éric Dorion

Par ailleurs, le chef de l'Action démocratique a dû se porter à la défense de son candidat de Nicolet-Yamaska, Éric Dorion.

Ancien toxicomane réhabilité, le candidat en question a plaidé coupable à huit chefs d'accusation pour fraude et vol d'automobile en 1994. Il a été mis à l'amende et s'est vu imposer une probation de deux ans.

Mario Dumont n'a pas caché son exaspération sur les questions répétées qui lui ont été posées à ce sujet.

« Il me paraît qu'on est dans un processus de chasse aux sorcières, qui a dépassé les bornes [...]alors qu'on a des ministres qui ont gaspillé des centaines de millions de dollars, qui ont laissé souffrir des gens sur des listes d'attente »

— Une citation de  Mario Dumont

Il a déclaré que son parti passe au peigne fin les candidatures et qu'il ne regrette rien. « Au contraire, a-t-il dit avec force, j'en voudrais plusieurs comme lui. » Le chef de l'ADQ a rappelé qu'aucun parti politique ne rend public les casiers judiciaires de ses candidats.

Excédé de défendre les siens, M. Dumont a même ridiculisé un candidat libéral du centre-ville de Montréal, Vahid Vidah-Fortin.

« Vous me lancez sur le terrain de la méchanceté. Le gars qui remplissait les frigidaires pour l'ADQ à la dernière élection - je me demande s'il est resté jusqu'à la fin, car il ne les remplissait pas bien - est candidat libéral dans Hochelaga-Maisonneuve », a lancé le chef adéquiste.

Rappelons que l'ADQ a dû se départir jeudi de son candidat Jean-François Plante, devenu encombrant pour le parti après ses déclarations controversées sur l'homophobie et l'égalité entre les hommes et les femmes.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.