•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

100 millions pour la capitale nationale

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dévoilant leur plan régional, les candidats péquistes de Québec se sont engagés à investir dans des secteurs clés de la capitale, dont la santé, le sport, l'environnement et le transport.

Les onze candidats péquistes qui brigueront les suffrages dans la région de Québec ont dévoilé leur plate-forme régionale lundi après-midi. Le Parti québécois s'est engagé à investir 100 millions de dollars dans l'économie de la capitale nationale dans des secteurs clés, dont la santé, le sport, l'environnement, le transport, l'économie et les industries culturelles. Cette enveloppe de 100 millions s'ajouterait aux programmes existants.

L'équipe du PQ dans la capitale nationale s'est également engagée à créer des centaines d'emplois en investissant davantage dans les domaines scientifiques et technologiques.

À ce sujet, la députée sortante et candidate péquiste dans Taschereau, Agnès Maltais, a déclaré que la région de la capitale ne reçoit que 7 % des capitaux de risques alors qu'elle compte 28 % de la matière grise universitaire du Québec.

Mme Maltais s'est aussi prononcée sur le dossier du zoo de Québec. Elle a signifié l'intention du PQ de repenser l'avenir du zoo. Sans nécessairement faire revivre le Jardin zoologique, le PQ propose à tout le moins de réaliser un projet récréotouristique pour dynamiser l'économie de la capitale.

Pour sa part, le candidat dans Charlesbourg, Richard Marceau a signalé que son parti projette d'améliorer le transport en commun vers la banlieue et la périphérie. Le PQ compte financer entièrement l'étude de projet de tramway évalué à 8 millions de dollars.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.