•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un deuxième tableau restitué

Radio-Canada

Une toile du peintre flamand de la Renaissance Nicolas Neufchâtel a été rendue aux héritiers de Max Stern, un collectionneur montréalais, dont la famille a été dépouillée par le régime nazi. La restitution a été annoncée mardi par l'Université Concordia.

La succession de Max Stern a récupéré une autre toile de la collection du galeriste montréalais d'origine juive allemande.

L'oeuvre restituée, le portrait de Jan van Eversdyk, fait partie de quelque 200 tableaux confisqués par les Allemands en 1937 au collectionneur. L'annonce devrait être rendue publique mardi soir, en prélude au lancement d'une exposition à New York.

La toile, revendue plusieurs fois, était détenue par la famille Jakober. Informée de la situation, celle-ci l'a restituée aux ayants droit de Max Stern, comme le précise l'Université Concordia de Montréal, agissant au nom des héritiers du galeriste. Toutefois, le tableau demeure en « prêt permanent » au sein de la collection Jakober, selon l'AFP.

En mars 2006, l'Université Concordia déclarait avoir retrouvé 40 tableaux. Quelques mois auparavant, elle s'était engagée à récupérer cette collection et à la restituer à ses héritiers et légataires, parmi lesquels elle figure aux côtés de l'Université McGill et de l'Université hébraïque de Jérusalem.

Quelques mots sur Max Stern

Dans les années 1930, le marchand d'art juif allemand Max Stern (1904-1987), dirige une galerie familiale à Düsseldorf, en Allemagne. En 1937, les nazis confisquent de force plus de 400 oeuvres de sa collection. Max Stern et sa femme fuient le régime nazi et trouvent refuge au Canada en 1941.

Propriétaire de la célèbre galerie Dominion, à Montréal, il est considéré comme l'un des plus importants marchands d'art de l'histoire canadienne. Grands collectionneurs, Max et Iris Stern ont offert de nombreuses oeuvres d'artistes canadiens et européens à plus d'une vingtaine d'institutions publiques en Amérique du Nord et en Israël.

À la mort de Max Stern, les liquidateurs de sa succession ont créé The Max and Iris Stern Museums Legacy Program, administré par l'Université Concordia et chargé de coordonner les diverses expositions et événements commémoratifs.