•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève générale est suspendue

Radio-Canada

Les deux principaux syndicats mettent fin à la grève générale qui dure depuis janvier après que le président Conté eut accepté de choisir un nouveau premier ministre parmi les candidats de la société civile.

Après six semaines de troubles sociaux, le président guinéen a promis dimanche de démettre le premier ministre Eugène Camara. Les syndicats le trouvaient trop près du président Lansana Conté, au pouvoir depuis 1984.

L'ex-président nigérian, Ibrahim Babangida, et l'envoyé de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest, Mohamed Ibn Chambas, ont réussi à convaincre le président de choisir un nouveau premier ministre.

Les syndicats ont accepté de suspendre la grève en fonction d'un scénario qui prévoit la nomination, d'ici le 2 mars, d'un premier ministre choisi parmi cinq candidats désignés par la société civile. Ainsi, le travail pourrait reprendre dès mardi prochain.

Les syndicats demandaient la levée de l'état de siège décrété le 12 février par le président comme condition préalable à des négociations pour trouver une solution à la crise. Cette mesure d'exception a été levée vendredi soir, les députés ayant refusé de la proroger comme le voulait le président.

La vague de contestation contre le pouvoir, à l'origine de la grève, a été sévèrement réprimée par les forces de l'ordre. On rapporte au moins 113 morts, pour la plupart des civils.

Les syndicats avaient suspendu leur mouvement fin janvier, après que le chef d'État s'est engagé à nommer un premier ministre de « consensus ». Mais le choix d'Eugène Camara, jugé trop proche du président, avait été suivi d'une nouvelle vague de violences et de la reprise de la grève.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.