•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le peuplement de l'Amérique en question

Radio-Canada

De nouvelles informations montrent que les Paléoindiens venus d'Asie n'ont probablement pas été les premiers à peupler l'Amérique du Nord par le détroit de Béring.

Depuis le 19e siècle, la théorie dominante veut que les premiers humains arrivés en Amérique du Nord aient emprunté le détroit de Béring il y a environ 11 500 ans.

Quelques études ont depuis contesté cette hypothèse. Dont celle du chercheur américain Michael Waters de l'Université A & M du Texas qui montre hors de tout doute que les Paléoindiens, ou chasseurs de Clovis, venus d'Asie n'ont probablement pas été les premiers à peupler le continent américain.

Selon les nouvelles datations au carbone 14, des peuplades habitaient en Amérique du Nord avant les chasseurs de Clovis.

Les plus récentes données recueillies font remonter les différents sites entre 11 050 et 10 900 ans avant la période actuelle.

Selon le paléontologue Waters, la durée de peuplement des Paléoindiens a été nettement moins longue qu'estimé précédemment, à savoir seulement 200 à 400 ans. Cette courte période rend presque impossible la répartition de ces peuplades sur l'ensemble du continent nord et sud américain.

Il est impossible anthropologiquement que ces peuples aient pu se déplacer aussi rapidement (...) au cours de seulement vingt générations pour atteindre la pointe de l'Amérique du Sud.

Michael Waters

Une théorie à revoir

Les nouvelles données vont conduire les experts à faire des recherches beaucoup plus approfondies et à repenser la théorie des chasseurs de Clovis, soutient Michael Waters. Il estime qu'une nouvelle hypothèse sur les origines du peuplement des Amériques va devoir être présentée dans les prochaines années.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.