•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bernard Drainville fait le saut en politique

Radio-Canada

Le Parti libéral et l'Action démocratique estiment que la décision de Bernard Drainville de rejoindre les rabgs du PQ soulève des problèmes d'éthique.

L'ex-chef du bureau parlementaire de Radio-Canada à Québec, Bernard Drainville, fait le saut en politique.

Il a annoncé mercredi qu'il sera candidat dans la circonscription de Marie-Victorin, sur la Rive-Sud de Montréal.

La circonscription est actuellement représentée par la députée péquiste Cécile Vermette, qui a annoncé son départ de la vie politique au terme de son présent mandat.

Au service de Radio-Canada pendant 18 ans, Bernard Drainville a notamment été journaliste à Windsor, correspondant à Ottawa et au Mexique ainsi qu'animateur de l'émission La part des choses, au RDI.

Il compte s'adresser aux médias jeudi.

Pour le chef de l'Action démocratique du Québec, Mario Dumont, le choix de Bernard Drainville soulève des questions d'éthique. Ils soutiennent que M. Drainville pouvait avoir accès à de l'information privilégiée dont le Parti québécois pourrait maintenant bénéficier.

« J'ai l'obligation de faire avec mon attaché de presse, qui était en contact quotidien avec cette personne-là, la recension de tout ce qui lui a été dit. Parce qu'on sait qu'à partir de maintenant, ces informations-là sont dans le bureau d'André Boisclair », a déclaré M. Dumont à TVA.

De grands espoirs pour Chaudière-Appalaches

Le chef du Parti québécois a par ailleurs présenté ses candidats pour la région de Chaudière-Appalaches, au nombre desquels on retrouve l'actuel député bloquiste Yvan Loubier et l'ancienne ministre péquiste Linda Goupil.

André Boisclair a défendu la pertinence d'avoir au sein de son équipe d'anciens députés bloquistes. « Toute bonne règle peut souffrir d'exception », a lancé le chef péquiste, qui soutient que la venue de M. Loubier n'a pas touché la bonne entente qui règne entre lui et Gilles Duceppe.

M. Loubier, qui sera candidat dans Chutes-de-la-Chaudière, reconnaît qu'il avait annoncé l'automne dernier son intention de quitter la politique au printemps. « Comme on dit: on peut vouloir quitter la politique, mais la patrie ne sort pas si facilement de nous », a-t-il expliqué. M. Loubier s'est dit convaincu que le parti saura conquérir la région. Yvan Loubier a tenu a souligner qu'il avait pleine confiance en son nouveau chef.

Économiste de formation, M. Loubier est député de Saint-Hyacinthe-Bagot à la Chambre des communes depuis 1993. Il a notamment été porte-parole du Bloc québécois en matière de finances de 1993 à 2001 puis de 2004 à 2006.

« C'est quoi, sinon une des plus belles équipes qu'a jamais présentée le PQ dans Chaudière-Appalaches? », a soutenu André Boisclair, à un journaliste ayant mis en doute que ces candidats soient représentatifs de l'équipe de rêve promise par le chef péquiste.

Linda Goupil s'est dite pour sa part convaincue que le parti est en mesure de rallier tous les citoyens insatisfaits du gouvernement Charest et de contrecarrer la tentation adéquiste d'électeurs déçus.

Mme Goupil, qui sera candidate dans Lévis, a notamment été ministre de la Justice puis de la Famille avant sa défaite et celle de son parti en 2003.

Les autres candidats présentés par le chef péquiste sont la mairesse de la municipalité de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-d'Issoudun, Annie Thériault, qui se présente dans Lotbinière, Sylvie Vallières dans Bellechasse et l'avocat à la retraite Réjean Boulet dans Montmagny-L'Islet.

Le PQ doit encore tenir des assemblées d'investitures dans Beauce-Nord, Beauce-Sud et Frontenac.

Stéphane Gendron candidat?

Par ailleurs, l'animateur de radio et maire de Huntingdon, Stéphane Gendron, songe à poser sa candidature pour le Parti québécois dans la circonscription de Huntingdon, en Montérégie.

Lors d'une entrevue à LCN, M. Gendron a déclaré avoir été approché à deux occasions par le PQ, notamment par André Boisclair. Un porte-parole du chef de l'opposition a toutefois nié cette information.

Stéphane Gendron a déjà été candidat à l'investiture du Parti québécois, en 1994, dans la circonscription de Beauharnois-Huntingdon. Il doit faire part de sa décision jeudi après-midi.