•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hérouxville accusée d'incitation à la haine

Radio-Canada

Deux associations musulmanes portent plainte contre la municipalité mauricienne pour incitation à la haine, pendant que le conseiller municipal, à l'origine du vote sur les codes de vie, appelle le Québec à décréter un « état d'urgence » pour protéger sa culture.

Poursuivie devant la Commission des droits de la personne du Québec par des leaders musulmans, Hérouxville persiste et signe par la voix d'André Drouin, le conseiller à l'origine du vote sur les normes de vie du petit village de Mauricie.

Au cours de l'émission télévisée Tout le monde en parle, diffusée sur Radio-Canada, il a demandé au premier ministre du Québec de décréter l'« état d'urgence » pour protéger la culture québécoise.

Le Congrès islamique canadien et le Forum musulman canadien ont déposé conjointement une plainte contre la municipalité d'Hérouxville pour violation de l'article 27 de la Charte canadienne des droits et libertés qui favorise la préservation et le renforcement du patrimoine culturel des Canadiens.

Les deux associations reprochent à Hérouxville d'inciter à la haine et au racisme et de « jeter de l'huile sur le feu ».

Le petit village de Mauricie de 1300 habitants s'est fait connaître dans le monde entier par son vote le 25 janvier dernier sur des normes de vie à imposer aux immigrants en vue de « favoriser leur participation à la vie communautaire et sociale », bannissant l'excision et la lapidation comme le fait de brûler vives les femmes, ou de se promener voilées.

Depuis cette date, deux autres villages, Saint-Roch-de-Mékinac (311 habitants) et Trois-Rives (487 habitants) se sont inspirés de la décision d'Hérouxville pour proposer des normes sociales. La municipalité de Saint-Roch-de-Mékinac a adopté une résolution exigeant une modification des chartes canadienne et québécoise des droits et libertés pour empêcher les accommodements raisonnables. Cette municipalité a toutefois décidé de ne pas adopter de code de vie. Quant à Trois-Rives, le conseil municipal se prononcera lundi soir. Des communautés voisines se sont déclarées prêtes à suivre leur exemple.

Au cours de l'émission de Radio-Canada Tout le monde en parle , le conseiller d'Hérouville André Drouin a demandé au premier ministre de déclarer « l'état d'urgence » de la même manière que Pierre Elliot Trudeau l'avait fait en 1970. « Si un jour le premier ministre d'un pays a pu instaurer les mesures de guerre pour une province, le premier ministre de ladite province pourrait décréter la mesure d'urgence pour protéger la culture du peuple ».