•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les présumés terroristes seraient malmenés

Radio-Canada

Les conditions de détention de trois présumés terroristes emprisonnés en vertu d'un certificat de sécurité seraient inhumaines, selon leurs proches.

Des membres des familles et des amis des trois hommes détenus au Centre de surveillance de l'immigration de Kingston demandent des conditions de vie plus humaines pour leurs proches.

Mahmoud Jaballah, Mohammad Mahjoub et Hassan Almreï sont détenus par le gouvernement canadien en vertu de certificats de sécurité depuis plus de cinq ans.

Ils ont entrepris il y a deux mois une grève de la faim pour dénoncer leur situation. Aucune accusation n'a encore été portée contre eux et les éléments de preuve sont gardés secrets.

Leurs familles dénoncent aussi le fait qu'ils ne reçoivent plus de visite médicale, depuis qu'ils refusent de quitter leur espace de détention sans être accompagné par une autre personne, en plus des gardes chargés de les surveiller.

Mahmoud Jaballah est accusé par les services secrets canadiens d'être un membre d'un réseau islamiste extrémiste lié à Al Quaïda. Selon le SCRS, Mahmoud Jaballah aurait aidé le groupe Al Jihad à commettre les attentats contre les ambassades américaines dans l'est de l'Afrique.

De son côté, Mohammad Mahjoub est soupçonné d'appartenir à « L'avant-garde de la conquête », une faction de l'organisation terroriste égyptienne Al Jihad, liée à Al-Qaïda. Mohamed Mahjoub est arrivé au Canada en 1995 et a obtenu le statut de réfugié en 1996. Il est détenu depuis le printemps 2000 en vertu d'un certificat de sécurité.

Quant à Hassan Almreï, il est détenu depuis octobre 2001 en vertu d'un certificat de sécurité. Le gouvernement fédéral soutient que M. Almrei entretient des liens avec Al-Qaïda, qu'il a fait partie d'un réseau international de faussaires et qu'il s'est rendu dans un camp d'entraînement terroriste en Afghanistan.