•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des siècles de perturbations

Radio-Canada

Le réchauffement, dont l'humain serait grandement responsable, se poursuivra pendant des siècles, et ce, même si les concentrations de gaz à effet de serre venaient à être stabilisées, estime le Groupe d'experts de l'ONU.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations unies juge que le réchauffement climatique causé par l'activité humaine se poursuivra « pendant des siècles ».

Le processus étant déjà enclenché, affirme le groupe, il se poursuivra même si les concentrations de gaz à effet de serre venaient à être stabilisées.

Le groupe d'experts prévoit ainsi une hausse des températures d'ici 2100 comprise entre 1,1 et 6,4 degrés Celsius. Le panel d'experts table également sur une élévation du niveau des mers de 18 à 59 centimètres d'ici la fin du siècle.

Selon la conclusion principale du rapport, l'activité humaine est responsable du réchauffement climatique dans une probabilité de 90 %.

Le rapport, établi après une semaine de travail où chaque terme a été soupesé par 500 délégués de 130 pays et plusieurs experts du domaine climatique, est d'une importance capitale, car il servira de référence pour l'élaboration de politiques environnementales à l'échelle nationale et internationale.

Selon le rapport de 20 pages, il serait extrêmement peu probable que le changement climatique mondial des 50 dernières années puisse être expliqué sans une intervention extérieure et très probable qu'il ne soit pas dû aux seules causes naturelles, explique le GIEC.

Le Groupe créé par les Nations unies en 1988 comprend des experts de l'ensemble de la communauté scientifique sur l'évolution du climat. Quelque 450 journalistes du monde entier étaient attendus vendredi matin à Paris pour la publication des conclusions de ce rapport.

Bush entérine le rapport

Le président George W. Bush a entériné vendredi sans réserve les conclusions du rapport du groupe d'experts de l'ONU, selon un porte-parole de la Maison-Blanche.

« Ce rapport contribuera à l'ensemble des connaissances que nous avons pour étudier et comprendre la meilleure façon de répondre aux défis du changement climatique. Nous pensons que ce document est très précieux », a déclaré le porte-parole.

Tony Fratto a également souligné que « le président Bush dit depuis juin 2001 que la Terre se réchauffe et que les humains jouent un rôle important dans ce réchauffement. » Le porte-parole a rappelé que le président avait déjà fixé un objectif de réduire de 18 % les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2012, et que « les États-Unis (allaient) atteindre cet objectif. »

M. Bush défend une approche volontariste pour réduire ces émissions et les investissements dans la recherche pour développer des sources d'énergie alternative non polluante.

Chirac souhaite une « révolution écologique »

Le président français Jacques Chirac a pour sa part appelé la communauté internationale à une « révolution écologique » pour sauver la planète. « Face à l'urgence, le temps n'est plus aux demi-mesures: le temps est à la révolution. La révolution des consciences. La révolution de l'économie. La révolution de l'action politique », a dit le président français, vendredi.

« Le jour approche où l'emballement climatique échappera à tout contrôle: nous sommes au seuil de l'irréversible », a-t-il averti.

Aucun thème sélectionné