•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

José Bové entre en campagne

Le leader des altermondialistes français annonce sa candidature à l'élection présidentielle d'avril 2007 afin de « redonner espoir à gauche ».

José Bové a présenté sa candidature à l'élection présidentielle française d'avril 2007.

Le leader des altermondialistes a pris cette décision afin de « redonner espoir à gauche » et de représenter « tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans le duel Royal-Sarkozy ».

« La France n'a jamais été aussi inégalitaire ». C'est par ces mots que l'ancien porte-parole de la Confédération paysanne a annoncé sa candidature à la présidence française, ce jeudi 1er février.

Après avoir renoncé une première fois en novembre dernier, José Bové est donc revenu dans la course électorale. Fort d'une pétition de 32 000 signatures en faveur de sa candidature, le leader des altermondialistes doit encore trouver celles des 500 maires qui lui permettraient d'intégrer définitivement la liste des candidats.

Entre Nicolas Sarkozy (Union pour un Mouvement Populaire) qui est « un homme dangereux pour notre pays » et Ségolène Royal (Parti socialiste) qui « incarne une gauche qui a renoncé », José Bové a déclaré dans un entretien accordé au quotidien Aujourd'hui/Le Parisien vouloir être le candidat de la France invisible, « la France citoyenne, qui bouge, dans les quartiers, dans les villages ».

L'entrée en lice de l'ancien éleveur de moutons devenu une icône du mouvement altermondialiste risque de diviser encore plus l'électorat de la « gauche de la gauche ».

Les collectifs antilibéraux qui s'étaient constitués lors du référendum sur la Constitution européenne de 2005 avaient désigné en décembre dernier la candidate du parti communiste Marie-Georges Buffet pour les représenter.

Cette nomination avait suscité aussitôt des controverses dans le mouvement qui avait dénoncé une « manipulation » du Parti communiste français (PCF).

Les trotskystes Olivier Besançenot, Arlette Laguillier et Gérard Schivardi sont également candidats.

Dans les derniers sondages, alors que le doute planait encore sur sa candidature, José Bové était crédité de 2 à 3 % des intentions de vote des Français.

Aucun thème sélectionné