•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'humain, grand responsable

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les données préliminaires d'un rapport important publié sur le réchauffement exposent les preuves les plus manifestes jamais recueillies à ce jour sur la responsabilité humaine dans le phénomène.

La planète Terre se réchauffe bel et bien, et l'humain en est le grand responsable.

Voilà les conclusions du rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), qui doit être publié la semaine prochaine et dont Radio-Canada a obtenu des données préliminaires.

Ce quatrième rapport du GIEC depuis 1990 expose les preuves les plus manifestes jamais recueillies à ce jour sur la responsabilité humaine dans le réchauffement planétaire.

Déjà, lors du dernier rapport publié en 2001, les experts affirmaient que l'humain jouait probablement un rôle dans le réchauffement du climat.

Cette fois, des données précises et détaillées montrent que l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine a causé la plupart des augmentations moyennes de températures depuis le milieu du 20e siècle.

Le document montre même que l'impact humain sur le climat lié aux émissions de CO2 aurait augmenté de 20 % en seulement 10 ans, entre 1995 et 2005.

Pas moins de 2500 scientifiques ont participé à l'élaboration du rapport qui a été rédigé par 550 experts.

Voici quelques informations qui figurent dans ce rapport:

  • Au rythme actuel d'émissions de gaz à effet de serre, les experts affirment qu'il y aura une hausse des températures comprise entre 2 et 4,5 degrés Celsius durant le prochain siècle.
  • Le précédent rapport évoquait plutôt une hausse comprise entre 1,4 et 5,8 degrés Celsius. L'amélioration des modèles de prévision climatique explique ce raffinement des estimations.
  • Si le réchauffement moyen est stabilisé autour de trois degrés au cours du siècle, l'élévation du niveau de la mer devrait être comprise entre 28 et 43 centimètres. C'est presque trois fois plus que ce qui s'est passé au 20e siècle.
  • Il y aura aussi plus d'événements climatiques extrêmes comme les canicules, inondations, ouragans et tornades.
  • L'Arctique sera la région la plus intensément touchée par le réchauffement.

La communauté scientifique s'entend sur les bases scientifiques du rapport. La version définitive de ce dernier sera rendue publique le 2 février à Paris. Il est le premier de trois documents qui seront publiés d'ici le printemps.

Le deuxième, publié en avril, portera sur l'adaptation humaine au réchauffement. Le troisième, prévu pour mai, sera consacré aux conséquences socio-économiques des changements climatiques.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.