•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feu vert au prolongement de la 410

Radio-Canada

Le rapport du BAPE conclut que le projet de Transport Québec sera avantageux sur le plan de la sécurité routière. Les commissaires préconisent le tracé A-nord.

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) donne le feu vert au projet de prolongement de l'autoroute 410. L'organisme soutient que cette voie, dont l'objectif est de contourner la ville de Sherbrooke par le sud, sera avantageuse sur le plan de la sécurité routière.

Le rapport du BAPE indique que le projet apportera une solution aux débits de circulation élevés sur l'autoroute 410 et le boulevard de l'Université et qu'il permettra de réduire le nombre de camions circulant dans le coeur de l'arrondissement Lennoxville.

Le BAPE privilégie le tracé A-nord et non le tracé B-sud, afin de réduire les impacts sur le milieu humain. Ceci permettra de réduire l'empiètement sur la Ferme Sainte-Catherine et de maintenir, selon les commissaires, la viabilité de l'entreprise.

Le rapport juge qu'il pourrait conséquemment être nécessaire de déplacer une partie du tracé plus au nord et de construire un échangeur au chemin Dunant, et non à la route 216 comme cela était prévu. L'échangeur donnerait accès, du côté est, à l'Université de Sherbrooke.

Qui plus est, le tracé A-nord modifié assurerait la quiétude des riverains de certaines artères locales et meilleure desserte des carrières environnantes, estime le BAPE.

La voie de contournement de Sherbrooke, d'une distance de 12,7 kilomètres, débuterait à l'intersection de l'autoroute 410 et du boulevard de l'Université, contournerait le mont Bel-Horizon par le nord et l'est pour se poursuivre jusqu'à la route 108, tout près du chemin Spring et de l'école secondaire Alexander Galt.

La construction de l'autoroute s'effectuerait en deux grandes étapes. Au terme de la première, soit vers 2013, l'autoroute serait ouverte à la circulation, mais selon une configuration réduite par rapport à l'ensemble du projet. L'échéancier et les modalités des travaux de la seconde étape, qui permettrait de doubler la chaussée à certains endroits, doivent être précisés ultérieurement.

Transports Québec estime que les travaux, qui seraient réalisés d'est en ouest, coûteraient 90 millions de dollars, sans compter les dépenses liées au déplacement de la route 108-143 et à la reconstruction du pont enjambant la rivière Massawippi. Une somme supplémentaire de 30 millions pourrait être nécessaire.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.