•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Duceppe veut éviter un autre Irak

Radio-Canada

Le chef du Bloc québécois avertit le gouvernement Harper que son soutien à la présence canadienne en Afghanistan n'est pas un chèque en blanc et l'invite à rééquilibrer son approche, trop militariste, selon lui.

L'Afghanistan ne doit pas devenir un autre Irak et, pour éviter ce dangereux glissement, il faut d'urgence rééquilibrer la mission canadienne dans ce pays.

C'est en somme le plaidoyer qu'a livré jeudi le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, devant des membres du Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal (CERIUM).

M. Duceppe, dont le parti a soutenu la mission canadienne en Afghanistan, affirme qu'un gouvernement québécois souverain se serait engagé dans la force internationale présente en Afghanistan.

Il précise toutefois que son parti n'a pas donné un chèque en blanc au gouvernement Harper, et constate que celui-ci « veut nous engager dans une guerre sans fin contre le terrorisme » aux côtés de l'administration Bush.

« Au terrorisme, il ne faut pas répondre seulement par la force », affirme M. Duceppe, qui se démarque de cette logique, car, croit-il, il faut combattre le terrorisme en redonnant espoir aux Afghans.

Le chef du Bloc propose à cet effet de modifier l'approche trop militariste et de consacrer plus d'efforts à la reconstruction du pays. L'aide, dit-il, doit notamment cibler la construction de routes et d'infrastructures de base, en plus de l'aide humanitaire.

De plus, soutient-il, l'OTAN doit dépêcher plus de soldats en Afghanistan et les doter des moyens requis. Par contre, il trouve que le Canada a déjà envoyé suffisamment de soldats dans ce pays.

M. Duceppe conseille aussi de changer l'approche face au commerce de l'opium, qui prospère en Afghanistan, à défaut d'autres solutions. Il propose notamment d'organiser des programmes de cultures de rechange et, pour une période transitoire, d'acheter la récolte de pavot des paysans pour un usage médical.

Le Bloc québécois dit que son soutien à la mission en Afghanistan n'est pas inconditionnel et presse le gouvernement conservateur de rééquilibrer sa politique. Gilles Duceppe avertit que son parti « ne sera pas complice d'une escalade militaire » en Afghanistan.