•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pfizer licencie 10 000 employés

Radio-Canada

La multinationale, qui vient d'annoncer des profits de 19,3 milliards en 2006, ferme des installations aux États-Unis afin de réduire ses coûts.

Le groupe pharmaceutique Pfizer a annoncé lundi la suppression, d'ici la fin de 2008, de 10 000 emplois et la fermeture de plusieurs usines. L'entreprise souhaite ainsi réaliser des économies de 2 milliards de dollars américains par année.

Trois centres de recherche du Michigan seront fermés, de même que deux sites de production à New York et dans le Nebraska. Le groupe pourrait également vendre un site de production en Allemagne et fermer des centres de recherche au Japon et en France. Les 10 000 postes éliminés représentent 10 % des effectifs mondiaux de l'entreprise.

Pfizer fait cette annonce alors qu'elle vient de doubler ses profits pour l'année 2006, à 19,3 milliards.

Pfizer souhaite se prémunir contre les pertes d'exclusivité sur plusieurs médicaments, qui pourraient lui faire perdre jusqu'à 41 % de ses ventes entre 2010 et 2012, estiment les analystes.

Le laboratoire a subi un nouveau revers en novembre lorsqu'il a mis fin au développement de son nouveau médicament contre le cholestérol, le Torcetrapib, en raison de complications - dont certaines mortelles - constatées chez des patients. Pfizer n'a pas lancé de médicament à grand succès sur le marché depuis le Viagra en 1998.

Lundi, il était impossible de connaître l'impact de cette décision sur les activités canadiennes de la multinationale. L'entreprise, dont le siège social est situé à Kirkland, au Québec, compte 1500 employés au Canada. Pfizer possède notamment des centres de distribution à Mississauga, en Ontario, et à Calgary.