•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du procès de Pierre Baillargeon et François Chagnon

Radio-Canada

Baillargeon, un ex-évaluateur de Transports Québec, et Chagnon, un propriétaire exproprié lors de la construction de la route 155, auraient comploté pour frauder le gouvernement de plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Le procès de Pierre Baillargeon et de François Chagnon, accusés de fraude et de fabrication de faux documents dans le dossier de la construction de la route 155, dans le secteur Grande-Anse, de Trois-Rives, s'est ouvert, mardi, au palais de justice de Shawinigan.

Baillargeon, un ex-évaluateur agréé à Transports Québec, et François Chagnon, un propriétaire exproprié, sont accusés d'avoir comploté pour frauder le gouvernement entre octobre 1996 et décembre 1999, en faussant des documents d'expropriation.

Selon la Couronne, Baillargeon aurait fabriqué de faux documents, dont un contrat de vente lui permettant de surévaluer le terrain de M. Chagnon. La fraude pourrait atteindre 285 000 $.

Au début de 2003, Transports Québec avait lancé une enquête afin de déterminer pourquoi M. Chagnon a reçu une telle somme pour son terrain, alors que ses voisins avaient respectivement obtenu 10 000 $ et 12 000 $ pour des superficies de terrain comparables.

Les résultats d'une enquête menée par l'escouade des crimes économiques de la Sûreté du Québec ont finalement permis de porter des accusations contre les deux hommes.