•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des trésors bien gardés

Radio-Canada

L'opposition en Nouvelle-Écosse dépose un projet de loi pour que les trésors trouvés dans les eaux provinciales demeurent la propriété du public.

L'opposition officielle de la Nouvelle-Écosse vient de déposer un projet de loi pour que les trésors trouvés dans les épaves, dans les eaux provinciales, demeurent la propriété des Néo-Écossais. Le Nouveau Parti démocratique souhaite ainsi abroger la loi actuelle.

En vertu de la loi néo-écossaise sur les trésors trouvés, qui est unique en son genre au Canada, les chercheurs de trésors peuvent conserver 90 % de leurs trouvailles de métaux précieux ou de bijoux. La province n'obtient que 10 %.

Selon le député néo-démocrate Howard Epstein, cette loi, adoptée il y a plus de 50 ans, dépouille les Néo-Écossais de leur patrimoine. Ces trouvailles nous enseignent une partie du quotidien de nos ancêtres, dit-il. Il faut trouver un meilleur équilibre, selon lui, entre les intérêts publics et privés.

On a répertorié l'emplacement d'environ 5000 épaves au large de la Nouvelle-Écosse. Des évaluations indiquent que les eaux néo-écossaises contiendraient deux fois plus de ces navires naufragés qui font rêver les chercheurs de trésors. Près d'une cinquantaine d'entre eux détiennent un permis, délivré par la province, pour mener des fouilles.

Fred Nolan, un détenteur d'un permis d'exploration valide sur l'île Oak, qui est réputée recèler des trésors, croit que le projet de loi pourrait décourager les chercheurs. Il affirme que sans investissement privé, les trésors risquent de demeurer enfouis.

Selon des données publiées par les chercheurs, on a investi près de 5 millions de dollars l'an dernier seulement dans des activités de recherche de trésors.