•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tensions à Hydro-Québec

Radio-Canada

Le vérificateur interne de la société d'État sollicite l'aide du vérificateur général du Québec, car il estime ne pas pouvoir mener son enquête sur la vente d'actifs d'Hydro en Chine, en 2004.

Une enquête interne crée des tensions chez Hydro-Québec. Le président-directeur général de la société d'État, Thierry Vandal, est en effet à couteaux tirés avec Michel Gourdeau, le vérificateur interne d'Hydro.

Depuis l'été dernier, le vérificateur enquête sur de présumées irrégularités qui auraient été commises lors de la vente des actifs d'Hydro-Québec dans la compagnie chinoise Meiya, en 2004. Hydro-Québec aurait payé 1,5 million de dollars en commission à Gestfinanz, une société suisse, pour qu'elle lui trouve un acheteur. Or, celui-ci était déjà trouvé.

Le vérificateur interne d'Hydro-Québec devait déposer son rapport le 13 décembre. Toutefois, selon les informations obtenues par Radio-Canada, Michel Gourdeau aurait écrit une lettre au président du comité de vérification d'Hydro-Québec pour lui dire qu'il ne pouvait pas finir son enquête.

Thierry Vandal nie être au courant de ces informations, même si la lettre de M. Gourdeau aurait été lue aux membres du conseil d'administration lors de sa dernière réunion.

Selon les informations de Radio-Canada, le vérificateur d'Hydro-Québec demande que le vérificateur général du Québec, Renaud Lachance, prenne la relève dans cette enquête. Il affirme ne plus avoir les coudées franches pour terminer son travail.

Or, depuis septembre, le vérificateur interne d'Hydro-Québec relève directement du président-directeur général, et non plus du conseil d'administration.

De son côté, Thierry Vandal rejette l'idée de voir le vérificateur général du Québec se pencher sur les affaires d'Hydro-Québec: « Il y a une enquête en cours et le vérificateur interne aura toute la liberté et latitude nécessaires pour faire son travail ».

Personne ne semble savoir quand le rapport sera rendu public, ni si le Vérificateur général Québec devra intervenir pour faire toute la lumière.