•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec convoque Esso

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Corbeil, rencontrera les dirigeants d'Esso, qui a déjà augmenté ses prix pour financer le plan vert de Québec, même si la redevance imposée aux pétrolières n'est pas encore en vigueur.

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Corbeil, a convoqué les dirigeants d'Esso pour leur demander de ne pas accabler prématurément les automobilistes d'une nouvelle taxe sur l'essence.

La rencontre doit avoir lieu d'ici la fin de la semaine.

Depuis le début de janvier, Esso impose une redevance de 1,3 ¢ le litre d'essence pour financer le plan vert du gouvernement Charest, même si la surcharge gouvernementale imposée aux pétrolières n'est pas encore entrée en vigueur. La Régie de l'énergie doit d'abord en définir les modalités d'application, ce qui devrait être fait d'ici le printemps.

Mais l'industrie soutient que rien, dans la loi adoptée en décembre 2006, n'exclut que la facture imposée à l'industrie soit rétroactive au 1er janvier 2007.

D'autres pétrolières font-elles comme Esso?

Esso est la seule compagnie à avoir avoué appliquer prématurément la taxe verte, mais elle pourrait bien ne pas être la seule à l'avoir fait.

Un porte-parole de l'Institut canadien des produits pétroliers (ICPP) a indiqué il y a quelques jours que les pétrolières avaient augmenté le prix du litre d'essence à la pompe de 1,3 ¢ de plus que dans les autres provinces. Au début de l'année, le prix à la pompe a augmenté de 3 ¢ le litre au Québec tandis qu'ailleurs la hausse n'a été que de 1,7 ¢ le litre.

Selon un porte-parole de l'ICPP, qui représente toutes les pétrolières, il est prématuré de conclure que la différence est attribuable à l'imposition de la taxe « verte ».

Le groupe refuse toutefois de demander aux pétrolières si l'augmentation correspond à une redevance sur les hydrocarbures, parce que cela reviendrait selon lui à s'immiscer dans les pratiques commerciales de ses membres.

Le ministre Corbeil se tournera vers la Régie de l'Énergie pour identifier les compagnies qui ont, le cas échéant, imposé la même redevance aux consommateurs.

Quant à la directrice de l'Association des indépendants du pétrole, Sonia Marcotte, elle croit que les pétrolières ont décidé d'augmenter « en douceur » le prix de l'essence en prévision de l'imposition de la taxe pour le plan vert.

La taxe verte de 250 millions de dollars imposée aux pétrolières doit notamment permettre l'amélioration des transports en commun dans la province et financer l'Agence de l'efficacité énergétique.

Dès le dépôt du plan québécois sur les changements climatiques, en juin, l'industrie pétrolière avait soutenu qu'elle se verrait obligée de transférer la facture à ses clients. Cela avait fait bondir l'opposition, qui a accusé le gouvernement Charest d'avoir menti à la population en faisant croire que les industries polluantes assumeraient les coûts de la surtaxe provinciale.

Au Canada, les pétrolières ont réalisé des profits de 7 milliards de dollars en 2006.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.