•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Demande d'un recours collectif contre Ottawa

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des victimes d'un traitement expérimental encadré par la CIA et administré à l'Hôpital Royal Victoria dans les années 50 et 60 veulent poursuivre Ottawa, qui finançait en partie le programme.

Les victimes canadiennes d'un programme expérimental de l'agence de renseignement américain, la CIA, et financé en partie par Ottawa à l'Hôpital Royal Victoria entre 1950 et 1965, veulent poursuivre le gouvernement canadien. Une demande de recours collectif au nom de Janine Huard, une des victimes, sera déposée mercredi à Montréal.

Dans les années 50, Mme Huard, qui aura bientôt 79 ans, a subi pendant six ans des traitements à l'Institut Allan Memorial pour soigner une dépression. Dans le cadre d'un traitement appelé la « déstructuration psychiatrique », elle a été soumise, entre autres, à des séances d'électrochocs et devait prendre plus de 40 comprimés expérimentaux par jour. On lui faisait aussi entendre des messages répétitifs concernant son comportement.

Le traitement, dirigé par une sommité en psychiatrie à l'époque, le docteur Ewen Cameron, était en fait une expérience pour soigner la dépression et la schizophrénie. L'expérience était encadrée par la CIA et était financée en partie par Ottawa.

En 1994, le gouvernement fédéral a décidé de dédommager les victimes à la hauteur de 100 000 $ chacune. Ce n'est cependant qu'une minorité des victimes qui a pu bénéficier du dédommagement. Selon l'avocat Alan Stein, qui représente toutes les victimes au Québec, seulement 70 victimes ont été compensées pour les traitements subis. Il estime qu'entre 400 ou 500 autres victimes attendent toujours compensation.

Me Stein a donc décidé de déposer un recours collectif pour que toutes les victimes soient dédommagées. Me Stein sait que ses chances sont minces, mais il espère faire prendre conscience au gouvernement fédéral de l'injustice vécue par ces patients qui ont été transformés en cobayes à leur insu.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.