•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ma force, c'est d'être sous-estimé »

Radio-Canada

Faisant fi du scepticisme des médias à son égard, le nouveau chef du Parti libéral du Canada a bon espoir de gagner des sièges au Québec et de battre Stephen Harper aux prochaines élections.

Stéphane Dion a tenu son premier point de presse en tant que chef du Parti libéral du Canada, dimanche.

Lors de la période de questions, les journalistes se sont montrés sceptiques face aux chances de M. Dion de battre Stephen Harper lors des prochaines élections générales.

« On m'a toujours sous-estimé, et c'est ma force. Jusqu'ici, cela m'a bien réussi », a répliqué Stéphane Dion. Ce dernier a également insisté sur la cohésion et l'esprit d'équipe qui règnent au sein du Parti libéral, selon lui. « Il n'y a plus d'équipes au pluriel maintenant, mon équipe embrasse toutes les bases du Parti libéral, et ce qu'on a à offrir est 1000 fois mieux que ce que M. Harper a à offrir », a-t-il dit.

Le nouveau chef libéral a bon espoir de gagner plusieurs sièges au Québec, même s'il a été maintes fois critiqué par des nationalistes québécois pour ses prises de position fédéralistes et sa rigidité. Lorsqu'un journaliste a suggéré que plusieurs habitants de la province le perçoivent comme un anti-Québécois, l'architecte de la Loi sur la clarté référendaire a répliqué: « Je crois qu'une grande partie croit plutôt que je suis un Québécois fier. »

M. Dion croit qu'il gagnera la faveur des Québécois en insistant sur les bénéfices pour la province de demeurer au sein du Canada. « J'invite tous les Québécois à partager la même vision, le même rêve, le même plan d'action que tous les autres Canadiens. »

Pas de changement sur le déséquilibre fiscal

M. Dion a refusé de reconnaître le déséquilibre fiscal lors de ce point de presse, même si les militants libéraux ont choisi de le faire au cours de leur congrès. Dans l'éventualité de son élection, il affirme qu'il ferait plutôt respecter le principe fondamental de la péréquation. Il a aussi indiqué que ses priorités allaient être la justice sociale, l'économie et le développement durable.

Le nouveau chef libéral a également annoncé la nomination de MM. Rob Bryden et Marcel Massé au sein du comité de transition. Celui-ci est chargé des aspects logistiques liés à la nomination du nouveau chef, dont son emménagement dans la résidence du chef de l'opposition officielle.

Le Parti libéral se réunira en caucus lundi. La rencontre portera entre autres sur la position du parti sur le mariage gai, question soumise bientôt à un vote aux Communes. Les libéraux doivent décider s'ils imposeront une ligne de parti sur cette délicate question, ou si les députés seront libres de voter selon leur choix, comme le font les députés conservateurs.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.