•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de sous neufs dans la poche

Radio-Canada

Un rapport de Campagne 2000 révèle que la pauvreté infantile ne régresse pas depuis 25 ans au Canada, en dépit de la croissance économique et du faible taux de chômage.

Le taux de pauvreté des enfants et des familles reste inchangé au Canada à 17-18 % depuis 25 ans, selon un nouveau rapport publié par Campagne 2000, intitulé Ô Canada! Trop d'enfants pauvres et depuis trop longtemps .

Ce rapport indique que près de 16 % des petits Canadiens vivent dans la pauvreté. Chez les enfants autochtones, le taux de pauvreté se chiffre à 25 %.

Ces chiffres ont fait dire à la coordonnatrice nationale de Campagne 2000, Laurel Rothman: « Malgré des affirmations contraires, notre analyse des données de Statistique Canada depuis 1980 révèle que le taux élevé de pauvreté des enfants et des familles au pays ne diminue pas. »

En effet, les chiffres de l'agence fédérale révèlent que depuis 25 ans, le taux de pauvreté infantile n'a jamais été inférieur à 15 %. C'était cette proportion qui avait « résolu » le premier ministre Jean Chrétien à éradiquer la pauvreté infantile en 1989.

Campagne 2000 fait remarquer que la pauvreté stagne malgré une croissance économique vigoureuse et un faible taux de chômage. Mme Rothman ajoute que ces résultats inquiétants sont la preuve que le Canada doit se doter « d'une stratégie de réduction de la pauvreté, assortie de cibles, d'échéanciers et de financement ».

La situation est pire chez les autochtones...

Pour la première fois, le rapport annuel de Campagne 2000 comprend des données sur la pauvreté des enfants vivant dans les réserves. Le chef de l'Assemblée des Premières Nations de l'Ontario, Angus Toulouse, a déploré la situation. Il affirme qu'il faudra investir à long terme dans les problèmes de logement, de développement économique et d'éducation.

Par ailleurs, la présidente de l'Association nationale des centres de l'amitié, Vera Pawis Tabobondung, a réagi au taux de pauvreté des enfants autochtones vivant en milieu urbain: « Les quelque 69 % d'autochtones vivant à l'extérieur des réserves profitent très peu des programmes fédéraux qui s'adressent aux Premières Nations ».

...et chez les enfants récemment immigrés

La présidente du Ontario Council of Agencies Serving Immigrants, Uzma Shakir, a commenté les statistiques de la pauvreté chez les nouveaux petits immigrants. Le dernier recensement révèle que 49 % des enfants des familles récemment immigrées vivent sous le seuil de la pauvreté.

« Les nouveaux immigrants et immigrantes, a dit Mme Shakir, sont parmi les plus instruits et les plus qualifiés jamais accueillis au Canada et pourtant, ils sont très nombreux à être confinés dans des emplois à bas salaire parce que leur expérience et leurs titres de compétences ne sont pas reconnus par les employeurs ».

Des mesures sont réclamées

Campagne 2000 demande au gouvernement fédéral, aux provinces, aux territoires et aux Premières Nations d'élaborer une stratégie pancanadienne de réduction de la pauvreté. Cette stratégie devrait comprendre plusieurs volets:

  • d
  • l
  • es initiatives du marché du travail comportant des améliorations au salaire minimum;
  • d
  • 'admissibilité au programme d'assurance-emploi et aux programmes d'intégration des immigrantes et immigrants;
  • d
  • es programmes de soutien du revenu bonifiés par la consolidation de la prestation pour enfant et son augmentation à 5000 $ par enfant par année;
  • l
  • es investissements dans des services de garde de qualité;
  • u
  • a construction de logements abordables;