•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accord stratégique entre la Chine et le Pakistan

Radio-Canada

Pékin et Islamabad signent un accord en vue de tripler leurs échanges commerciaux annuels d'ici cinq ans. Les deux pays entendent également poursuivre leur coopération dans le développement de l'énergie nucléaire.

Le Pakistan et la Chine ont signé, vendredi à Islamabad, un accord de libre-échange visant à tripler leurs échanges de biens et services annuels. Ceux-ci devraient atteindre 15 milliards de dollars d'ici cinq ans.

Le président chinois Hu Jintao et son homologue pakistanais Pervez Moucharraf ont assisté à la signature de l'accord par leurs ministres du Commerce. Il s'agissait de la première visite d'un président chinois au Pakistan depuis 10 ans.

En 2005, les échanges commerciaux entre la Chine et le Pakistan se sont élevés à 4,26 milliards de dollars, en hausse annuelle de 39 %. Une vingtaine d'autres accords, couvrant de nombreux champs de coopération entre les deux pays, ainsi qu'un programme quinquennal de développement, devaient également être signés vendredi par les deux parties.

Le nucléaire au menu

Le président Hu a souligné que Pékin assisterait le Pakistan dans ses besoins énergétiques, notamment dans les domaines de l'hydro-électricité, de l'énergie thermique et des sources d'énergie alternatives. Il a ajouté que la Chine poursuivrait son « étroite coopération » avec le Pakistan dans le développement de l'énergie nucléaire. La Chine a déjà développé avec le Pakistan la centrale nucléaire de Chashma, dans l'est du pays.

L'armée de l'air pakistanaise a de son côté annoncé que le Pakistan et la Chine avaient conclu un protocole d'accord visant le développement en commun d'un avion radar de type AWACS (Airborne Early Warning and Control System). La Chine est le principal fournisseur d'armes du Pakistan. Les deux pays ont d'ailleurs mené en commun la construction d'un chasseur-bombardier.

Cet accord stratégique était vivement souhaité par les hauts responsables pakistanais, même si ceux-ci espéraient un accord à plus long terme. Ils y voient un équivalent à celui conclu en début d'année entre les États-Unis et l'Inde, pays rival du Pakistan et aussi détenteur de l'arme nucléaire.

« Ceci sert les intérêts fondamentaux de nos deux peuples et doit nous placer sur la voie de la paix et du développement de la région, a indiqué le président Hu. Nous voulons travailler avec le Pakistan pour élever nos liens stratégiques à un niveau supérieur », a-t-il ajouté.

Le président chinois poursuit ainsi une tournée exceptionnelle sur le continent asiatique, après avoir bouclé jeudi une visite d'État en Inde. Plusieurs experts estiment que la Chine avance ses pions pour accroître son influence économique dans la région.