•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vives réactions au Québec

Radio-Canada

Pendant que le premier ministre Jean Charest salue la motion présentée par le premier ministre fédéral, le Parti québécois en déplore le caractère conditionnel.

Les réactions à la motion présentée par le premier ministre du Canada, Stephen Harper, reconnaissant le Québec comme nation au sein d'un Canada uni n'ont pas tardé au Québec.

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a salué la motion présentée par le premier ministre fédéral. « C'est un geste important.[...] C'est un geste qui est bon pour le Québec et qui est bon pour le Canada », a-t-il affirmé.

M. Charest a rappelé que l'Assemblée nationale du Québec s'était prononcée sur la question à plusieurs reprises et ce, de manière unanime. « Nous saluons que le premier ministre reconnaisse un fait évident pour tous les Québécois », a ajouté M. Charest.

Jean Charest invite maintenant tous les partis à la Chambre des communes à appuyer la motion. « M. Duceppe et le Bloc québécois sont devant leurs responsabilités aujourd'hui. Ils ne doivent pas rater cette occasion historique de faire avancer les intérêts du peuple québécois », a-t-il dit.

Le premier ministre du Québec a ensuite indiqué que la motion présentée par M. Harper ne voulait pas dire une réouverture du dossier constitutionnel, du moins pour l'instant. « À ce moment-ci, il n'est pas question au Québec ou au Canada de commencer une nouvelle ronde de négociations constitutionnelles. On en n'est pas là. »

Le Parti québécois (PQ) a aussi réagi à la déclaration du premier ministre Harper. Le député Jonathan Valois a joint sa voix au Bloc québécois et déploré que la motion présentée par le premier ministre implique que le Québec soit reconnu comme nation à condition de faire partie du Canada.

« Le Québec n'est pas une nation parce qu'il fait partie du Canada », a dit le député. Pour le PQ, la reconnaissance de la nation québécoise est inconditionnelle et doit se faire au-delà des allégeances fédéralistes ou souverainistes.

Le chef de l'Action démocratique du Québec (ADQ), Mario Dumont, a salué la décision de Stephen Harper. Selon lui, le geste de M. Harper est une bonne nouvelle qui place maintenant les souverainistes dans une position inconfortable. M. Dumont ajoute que la déclaration du premier ministre Harper est une première étape vers l'attribution de plus de pouvoirs au Québec.