•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des espèces disparaissent déjà

La compilation de plus de 850 études montre que des espèces animales et végétales ont déjà disparu. Les plus touchées: les grenouilles.

La hausse de la température terrestre a déjà des effets sur la faune et la flore.

Une première analyse globale sur la question vient d'être rendue publique. Des chercheurs américains ont ainsi comptabilisé les résultats de 866 études scientifiques. Ils établissent que plusieurs espèces animales et végétales ont disparu en raison du réchauffement climatique.

En outre, l'auteur principal du rapport, le biologiste américain Camille Parmesan, de l'Université du Texas, affirme qu'environ 70 espèces de grenouilles se sont déjà éteintes.

Nous voyons des espèces s'éteindre. Nous avons maintenant les preuves. Ce n'est pas seulement une intuition de biologiste. Cela se passe réellement.

Camille Parmesan, biologiste

De plus, plusieurs animaux qui vivent dans des conditions climatiques froides, comme l'ours polaire et le manchot, sont directement menacés à court terme par ces changements. La survie de 100 à 200 autres espèces vivant dans ces conditions serait aussi en péril.

Des habitudes qui changent rapidement

Les scientifiques ne s'attendaient pas à ce que les espèces vivantes aient à s'adapter aussi rapidement. S'ils prédisaient de tels changements depuis longtemps, ceux-ci interviennent jusqu'à une décennie plus tôt qu'escompté.

Le rapport note aussi que les habitudes des animaux migrateurs changent, que des plantes fleurissent plus tôt et que le nombre de parasites augmente.

J'ai l'impression que l'on voit le désastre en face. Il se dirige à toute vitesse vers nous. Quiconque a 10 ans aujourd'hui connaîtra un monde très différent et effrayant lorsqu'il en aura 50 ou 60.

Chris Thomas, biologiste

Les effets du printemps hâtif

Les changements les plus notables sont liés à une plus grande précocité du printemps. Par exemple, l'éclosion des fleurs de cerisier et les récoltes du raisin arrivent plus tôt qu'avant. De plus, 65 espèces d'oiseaux britanniques pondent leurs premiers oeufs presque 9 jours plus tôt qu'il y a 35 ans.

Autres exemples: le manchot empereur, dont la population de couples reproducteurs est passée de 300 à 9 dans l'ouest de la péninsule antarctique, ou l'ours polaire, dont le nombre et le poids sont en baisse dans l'Arctique.

La vie est plus facile pour les animaux qui tolèrent mieux la chaleur ou qui peuvent migrer vers le nord. Toutefois, s'il y a beaucoup d'évolution actuellement, aucune nouvelle mutation génétique n'a été observée par les scientifiques. De tels changements pourraient prendre des millions d'années.

Aucun thème sélectionné