•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les prix en chute libre

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour la première fois en un an, le prix du baril passe sous les 55,50 $US. La diminution de la demande en raison de la température clémente aux États-Unis explique en grande partie cette baisse.

Le prix du pétrole a continué de baisser vendredi, après une chute de plus de 2 $US la veille.

Vers 11 h HNE vendredi matin, le prix du baril de brut se transigeait à 55,44 $US sur le marché new-yorkais. Il s'agit d'une baisse de 0,16 ¢US par rapport à la fermeture jeudi.

C'est également le prix le plus bas depuis le 18 novembre 2005.

Sur les marché électroniques européens, le prix du baril new-yorkais perdait 1,01 $US pour se vendre à 55,25 $US. Il s'agit du prix le plus bas depuis juin 2005, soit avant les ravages qu'a faits l'ouragan Katrina sur les installations pétrolières dans le golfe du Mexique.

À Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord résistait un peu plus. Il perdait tout de même 30 ¢US à 58,24 $US.

Les analystes expliquent cette chute des cours du pétrole principalement par une baisse de la demande en raison des températures douces observées dans le nord-est des États-Unis. L'ampleur des réserves américaines et celles des pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) sont aussi responsables de la baisse des prix.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.