•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Derrière des vitres givrées

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La communauté hassidim a payé pour l'installation de vitres givrées devant une salle d'entraînement qui donne sur leur synagogue. La communauté n'appréciait pas que ses enfants voient des gens « légèrement vêtus ».

Soucieux d'entretenir de bonnes relations avec son voisinage, le YMCA de l'avenue du Parc a installé des vitres givrées dans les fenêtres donnant sur la salle d'entraînement. Une communauté hassidique, qui se plaignait de la situation, a payé pour les aménagements.

Les juifs de la congrégation Yetev Lev n'appréciaient pas que leurs enfants puissent voir les dames en « tenue légère » dans la salle d'entraînement du deuxième étage du centre sportif.

L'accommodement consenti aux hassidim mécontente toutefois plusieurs clients du YMCA d'Outremont qui ont lancé une pétition pour faire retirer la vitre givrée. La perte de luminosité naturelle et une question de principe les indisposent. L'idée de considérer les femmes comme une source de tentation exaspère l'instigatrice de la pétition, Renée Lavaillante.

Le YMCA se défend d'avoir cédé à la pression des juifs hassidiques. La direction soutient que des clients lui ont signifié leur inconfort à s'entraîner à la vue de tous. Certains clients se sont aussi plaints de la piètre vue qu'offre la ruelle sur laquelle donne les fenêtres.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.