•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La faim mieux comprise

Radio-Canada

Un certain gène génère des signaux avertisseurs de la faim, une découverte prometteuse dans le traitement de l'obésité et de l'alcoolisme.

Une seule mutation de gènes chez la souris conduit à la disparition de sa capacité à prévoir le moment des repas.

Les chercheurs ont ainsi réussi à diminuer les signaux de la faim, et aussi à les éliminer complètement.

Ainsi, alors que des souris de laboratoire préparaient tout leur organisme à la prise d'aliments quelques minutes avant la distribution du repas, les souris avec le gène défectueux restaient d'abord passives. L'activité apparaissait seulement lorsqu'elles recevaient leur repas.

Le gène Per 2, actif dans tout le corps, agit donc comme générateur des signaux corporels avertisseurs de la faim.

Cette découverte constitue une base prometteuse pour mettre sur pied des thérapies contre le surpoids, les problèmes de sommeil, les dépressions et l'alcoolisme.

Les travaux de chercheurs des universités de Fribourg et Louis Pasteur de Strasbourg ont été publiés dans la revue Current Biology.

Découvert en 1997, le gène Per 2, qui régule les processus corporels avant la prise de nourriture, est un gène clé pour l'organisme.