•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avestor ferme ses portes

Radio-Canada

La filiale d'Hydro-Québec, qui fabriquait des piles au lithium-métal-polymère, ferme son usine de Boucherville et 260 personnes perdent leur emploi.

L'usine d'Avestor, à Boucherville, a fermé ses portes mardi matin.

Les 260 employés de l'usine ont été convoqués en après-midi à une réunion avec la direction de l'entreprise et le syndic. Plusieurs d'entre eux espèrent toujours une relance.

Mais le syndic RSM Richter a été clair: Avestor a des dettes de 20 millions de dollars et les chances de relance sont minces. « La situation est critique, il n'y a pas de cachette. Tout le monde est conscient qu'il est minuit moins cinq, et c'est une utlime tentative de faire une relance qui a été mise en oeuvre ce matin », a affirmé Benoît Gingue, associé de RSM Richter.

Radio-Canada révélait lundi que cette filiale d'Hydro-Québec, qui fabrique des piles au lithium-métal-polymère, devait bientôt être placée sous la Loi sur les arrangements avec les créanciers.

Hydro-Québec aurait perdu plus de 190 millions de dollars dans l'assemblage de ces piles qui devaient servir à propulser la voiture électrique. Mais cette batterie a connu toute une série de problèmes techniques et financiers.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.