•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

24 ans pour Jeffrey Skilling

Radio-Canada

L'ancien PDG du courtier en énergie est condamné à 292 mois de prison pour avoir menti sur la santé financière de l'entreprise, dont l'effondrement a coûté des milliards aux investisseurs, ainsi que des milliers d'emplois.

Le principal coupable du scandale financier Enron, Jeffrey Skilling, a reçu sa sentence, lundi. Il a été condamné à 24 ans et 4 mois de prison.

L'ancien PDG d'Enron, âgé de 52 ans, avait déjà été reconnu coupable de 19 chefs d'accusation, dont fraude, abus de confiance, complot, délit d'initié et déclarations mensongères aux vérificateurs financiers. Le fondateur d'Enron, Kenneth Lay, lui aussi reconnu coupable, est mort d'une crise cardiaque le 5 juillet dernier.

L'effondrement d'Enron, en 2001, a coûté plus de 60 milliards de dollars américains aux investisseurs, selon ce que disent ces derniers, au moins 2 milliard en fonds de pension, ainsi que plus de 5000 emplois.

En mai dernier, les jurés ont estimé que Skilling et Lay avaient menti sur la santé financière du courtier en énergie, trafiquant les comptes pour cacher les pertes et gonfler les profits. Le chiffre d'affaires d'Enron avait un temps frôlé les 70 milliards de dollars, mais les dettes de l'entreprise atteignaient, au moment de sa chute, 40 milliards.

Avant de recevoir sa sentence, lundi, Jeffrey Skilling, qui a toujours clamé son innocence, a dû écouter les témoignages de victimes de cette faillite, que le juge Sim Lake a autorisés à parler.

Skilling avait aussi demandé l'examen d'une requête de liberté sous caution, le temps que ses appels soient entendus, car il estime que sa condamnation est illégale.

Jeffrey Skilling a passé 11 ans au sein d'Enron. Il a remplacé Kenneth Lay au poste de PDG en février 2001, avant de démissionner six mois plus tard, invoquant des raisons familiales.

En septembre, l'ancien directeur financier d'Enron, Andrew Fastow, a été condamné pour sa part à six ans de prison pour avoir créé et dirigé les sociétés financières qui permettaient à Enron de dissimuler l'ampleur de ses pertes. Cette peine était inférieure au maximum de 10 ans qu'il encourait.

La faillite d'Enron est la deuxième en importance de l'histoire des États-Unis, après celle de WorldCom, en 2002.