•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Steve Hurdle: un délinquant à contrôler, dit la Couronne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le procureur André Campagna rappelle à la juge qu'Hurdle, qui a agressé une fillette en 2005 dans un magasin Dollorama, a fait trois autres victimes depuis 2001, et représente un risque élevé de récidive.

La Couronne a demandé que Steve Hurdle soit déclaré délinquant à contrôler lors des représentations sur sentence du pédophile, au palais de justice de Sherbrooke, mercredi.

Hurdle est cet individu de 26 ans qui a agressé sexuellement une fillette de 4 ans dans un magasin Dollorama du Carrefour de l'Estrie, en février 2005.

Le procureur de la Couronne, Me André Campagna, a rappelé à la juge Danielle Côté, qu'Hurdle, qui a fait trois autres victimes depuis 2001, représentait toujours un risque élevé de récidive. Il a aussi indiqué que le psychiatre Louis Bérard a dit qu'Hurdle sera à surveiller toute sa vie.

Hurdle a commis l'agression de février 2005 seulement alors qu'il purgeait une peine d'emprisonnement discontinue de 60 jours pour une autre histoire d'agression survenue au Carrefour Dunant, à Sherbrooke. Hurdle, qui a déjà été reconnu coupable d'agressions sexuelles commises à Sherbrooke, à Granby et à Cowansville, n'était incarcéré que les fins de semaine. Il a donc récidivé le lundi suivant sa première fin de semaine d'incarcération.

Pour ces raisons, notamment, Me Campagna a réclamé qu'Hurdle, qui est incarcéré depuis maintenant 20 mois, soit condamné à deux autres années de prison, et qu'à sa sortie, il soit déclaré délinquant à contrôler pendant 10 ans.

À l'opposé, l'avocat de Hurdle, Me Jean Leblanc, ne croit pas que son client mérite d'être suivi à la trace pendant 10 ans. Il a dit qu'Hurdle a déjà exprimé des remords, qu'il est conscient qu'il devra demeurer sous médication, qu'il a déjà pris des dispositions pour se faire traiter. Il croit que, à son avis, une mesure d'exception comme celle visant à le faire déclarer délinquant à contrôler est excessive.

La juge Côté doit rendre sa décision le 27 octobre prochain.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.