•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Sénat favorable au bouclier antimissile

Radio-Canada

Le comité sénatorial sur la Défense nationale propose l'adhésion au projet américain et une hausse du budget de la Défense. Il blâme par ailleurs le gouvernement pour ne pas avoir tenu de vrai débat sur l'Afghanistan aux Communes.

Dans un rapport déposé jeudi à la Chambre des communes, le comité sénatorial sur la Défense nationale propose au Canada d'adhérer au projet de bouclier antimissile américain et d'augmenter davantage le budget alloué à la Défense.

« Le gouvernement fédéral devrait amorcer le plus tôt possible des discussions avec les États-Unis afin de participer au programme de défense antimissiles balistiques de son voisin », peut-on lire dans un rapport que le comité a rendu public en début d'après-midi, jeudi, à Ottawa.

Rappelons qu'en mars 2005, le premier ministre libéral de l'époque, Paul Martin, a annoncé que le Canada ne se joindrait pas aux États-Unis dans le projet du bouclier antimissile.

Dépenses militaires

Les sénateurs suggèrent aussi que le ministère de la Défense nationale puisse jouir d'un statut spécial, soit de pouvoir consacrer jusqu'à 500 millions de dollars à l'achat d'équipement militaire sans devoir se soumettre au long processus d'approbation du Conseil des ministres.

En outre, le rapport ajoute que la Garde côtière canadienne devrait disposer d'armements et de pouvoirs habituellement réservés à la police.

Le Sénat propose également au gouvernement d'abandonner son projet d'achat de brise-glace pour la marine et de fermer des bases militaires devenues inutiles, comme celle de Happy Valley-Goose Bay, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Débattre en profondeur

Enfin, le comité est fort critique de la façon dont la décision d'envoyer des soldats canadiens en Afghanistan a été prise par le gouvernement. Il estime qu'aucun militaire canadien ne devrait être envoyé en mission au péril de sa vie sans qu'un véritable débat ait lieu aux Communes.

Or, le comité juge que les débats qui s'y sont effectivement tenus à ce sujet n'ont été rien de plus que des « exercices de style ».

Le rapport, très critique, dénonce le manque de vigueur des politiques canadiennes dans le domaine de la défense et de la représentation du pays sur la scène internationale.

Intitulé Face aux turbulences, ce document est le dernier d'une série de trois rapports qui s'intéressent à la position du Canada face aux transformations qui marquent l'actualité internationale en ce début de 21e siècle.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.