•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sida à la trace

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour la première fois, des chercheurs français suivent à la trace le parcours du virus jusqu'au coeur de la cellule, ce qui ouvre la voie à la création de traitements qui lui en interdiraient l'accès.

Le voyage du virus du sida (VIH) jusqu'au coeur de la cellule a été visualisé pour la première fois par des chercheurs français.

En effet, une équipe de l'Institut Pasteur a suivi le VIH lors de son passage à l'intérieur du cytoplasme et du noyau des cellules humaines qu'il infecte.

Pour y arriver, les chercheurs ont marqué par fluorescence une protéine qui accompagne le génome viral jusqu'à son intégration dans un chromosome, dans le noyau des cellules humaines. Ensuite, à l'aide de techniques de vidéomicroscopie, ils ont pu suivre le cheminement du matériel génétique viral au sein de la cellule.

Ils ont pu observer les interactions du virus avec la cellule infectée et particulièrement les moyens de transport intracellulaire utilisés.

Un parcours particulier

L'équipe a pu déterminer que le virus utilise différents éléments du squelette de la cellule pour progresser à travers le cytoplasme. Il emprunte d'abord des fibres jusqu'à l'abord du noyau où des ligaments, des actines, prennent le relais. Le VIH s'arrime ensuite à la paroi nucléaire, où il change de forme pour pénétrer dans le noyau par les pores.

Une fois à l'intérieur, il se diffuse. Les chercheurs perdent toutefois la trace du marqueur fluorescent.

En identifiant ces modes de transport du virus, l'équipe a fait un grand pas vers le développement d'outils capables de disséquer dans ses moindres détails l'infection par le VIH

Dr David McDonald, Université de Cleveland

Ces travaux pourraient permettre d'envisager des procédés pour bloquer l'infection par le VIH.

Les travaux complets sont publiés dans la revue Nature Methods.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.