•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada est loin du compte

Radio-Canada

La Commissaire fédérale à l'environnement estime que la gestion des libéraux de Paul Martin était désorganisée au chapitre des gaz à effet de serre et que le Canada doit accélérer le pas dans ce domaine.

La Commissaire fédérale à l'environnement, Johanne Gélinas, déposera son rapport annuel jeudi, et c'est la performance du gouvernement libéral de Paul Martin en cette matière qui sera principalement visée.

Le document, dont Radio-Canada a obtenu copie et qui a été rédigé par des conservateurs, soutient que le gouvernement libéral était loin d'atteindre ses objectifs de réduction des gaz à effet de serre, même si certains programmes donnent de bons résultats.

La commissaire observe des lacunes dans certains programmes ainsi qu'une « gestion désorganisée » des différents dossiers. En outre, selon elle, les changements constants de responsabilité entre ministères ont causé délais et démobilisation.

« Le Canada doit accélérer le pas dans sa lutte » contre les gaz à effets de serre « s'il veut respecter les échéanciers fixés », conclut-elle.

Ces recommandations pourraient fort bien gêner les conservateurs de Stephen Harper, qui minimisent l'urgence du problème du réchauffement climatique.

Dans son rapport, Mme Gélinas demande d'ailleurs au gouvernement actuel d'expliquer la manière dont il entend concilier la réduction des gaz à effets de serre et l'accroissement de la production pétrolière.

Jusqu'ici, les conservateurs se sont limités à donner des réponses générales sans aucune précision sur leurs objectifs. « Notre plan va au-delà de Kyoto. La priorité de notre gouvernement, c'est la santé de tous les Canadiens et les Québécois, alors notre plan s'attaque à la pollution atmosphérique et aux changements climatiques », répétait mardi la ministre fédérale de l'Environnement, Rona Ambrose.

Plan vert des conservateurs: priorité au smog

Le premier ministre Stephen Harper ne ciblera pas la lutte contre le changement climatique, mais le smog urbain et la pollution, dans son Plan vert qui doit être publié d'ici deux semaines, selon Le Devoir de mercredi.

Le premier ministre estime que le smog urbain et la pollution sont des préoccupations plus pressantes pour la population.

Tout de même, l'action des conservateurs devrait contenir des mesures sérieuses pour s'attaquer à la fois au smog et aux gaz à effet de serre. Le premier ministre croit même que d'ici la fin de la session parlementaire, son parti sera un modèle en matière d'environnement.

Rappelons que le Parti conservateur a été vilipendé au printemps dernier pour avoir délaissé le protocole de Kyoto, éliminant du coup plusieurs programmes réduisant les gaz à effet de serre.

Étude alarmante de l'ONU

Cette décision de Stephen Harper survient au moment où une étude de l'ONU prévoit que la température planétaire se réchauffera d'au moins 2 degrés Celsius d'ici la fin du siècle. C'est 33 % de plus que prévu il y a 5 ans à peine.

Dans les scénarios les plus pessimistes, cette hausse pourrait atteindre 5 degrés. Dans tous les cas, ce sera l'augmentation la plus considérable sur Terre depuis un million d'années.

Selon un autre groupe de recherche, le Goddard Institute for Space Studies de la NASA, si la température augmente de 2 degrés, la Terre deviendra une tout autre planète que celle que nous connaissons.

Le réchauffement stimulera la migration des plantes et des animaux vers le nord, mais le changement sera trop rapide et la nature ne parviendra pas à s'y adapter.

Selon la NASA, l'activité humaine est la principale cause du réchauffement planétaire, surtout en raison de la combustion des produits pétroliers. L'amincissement de la calotte glaciaire réduit aussi la réflexion des rayons solaires, ce qui accélère le réchauffement des océans et la fonte des glaciers.

Enfin, le dégel du pergélisol des régions nordiques intensifie l'effet de serre avec la libération de quantités colossales de méthane et de carbone emprisonnées dans le sol.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.