•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harper fait le ménage

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Ottawa annonce des compressions de 1 milliard de dollars sur deux ans et consacrera par ailleurs ses quelque 13 milliards de surplus de la dernière année budgétaire au remboursement de la dette.

Le gouvernement fédéral a annoncé une série de mesures, étalées sur deux ans, destinées à produire des économies de 1 milliard de dollars.

Selon le président du Conseil du Trésor, John Baird, ces économies proviendront de compressions budgétaires, de rationalisations dans certains services et de l'élimination de programmes jugés inutiles.

Ces mesures se traduiront notamment par l'élimination du programme de distribution de marijuana à des fins thérapeutiques et par la réduction des budgets des agences qui s'occupent du statut de la femme. Environ 440 postes seront par ailleurs éliminés dans la fonction publique.

La commissaire aux langues officielles, Dyane Adam, n'a pas tardé à dénoncer l'abolition du Programme de contestation judiciaire, qui a notamment financé, en partie, la lutte contre la fermeture de l'hôpital francophone Montfort, à Ottawa

Stephen Harper avait promis, en campagne électorale, d'effectuer des compressions de 22 milliards sur cinq ans dans les dépenses du gouvernement.

Plus de 13 milliards à la dette

Le ministre des Finances, Jim Flaherty, a par ailleurs annoncé que les surplus de 13,2 milliards de dollars de la dernière année budgétaire seront consacrés en totalité au remboursement de la dette du pays, qui passera à 481,5 milliards.

Le gouvernement prévoyait à l'origine des surplus de 8 milliards. Il s'agit du deuxième excédent budgétaire en importance enregistré au Canada depuis 10 ans.

La part des revenus consacrés aux frais de la dette publique est maintenant à son niveau le plus bas depuis la fin des années 1970.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.