•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un quadrilatère protégé

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La journée internationale « En ville sans ma voiture » se déroule vendredi à Montréal. Le centre-ville est fermé à la circulation automobile afin d'inciter les citoyens à modifier leurs habitudes de déplacement.

Le centre-ville de Montréal, tout comme celui de quelque 1500 villes dans le monde, est fermé à la circulation automobile vendredi. La journée journée internationale « En ville sans ma voiture » sera également marquée par quelques activités spéciales dont une marche sur l'heure du dîner.

Fermé à compter de 9 h 30, le quadrilatère formé des rues Maisonneuve-René-Lévesque et Saint-Urbain-McGill College rouvrira à 15 h 30.

La journée vise à sensibiliser la population aux effets néfastes de l'utilisation de l'automobile, notamment la pollution de l'air et de l'environnement sonore.

Outre les bienfaits sur l'environnement urbain, la journée vise à promouvoir le transport collectif, le vélo ou la marche comme alternative à la voiture. Elle tente d'inculquer aux citoyens des changements de comportements dans les déplacements urbains.

L'Agence métropolitaine de transport (AMT), qui organise la journée à Montréal, soutient que le nombre d'usagers de ses services a augmenté lors de cette journée l'an dernier. Elle estime que la proportion de citoyens qui ont utilisé le transport en commun est passé de 22 % à 33 %.

Les villes canadiennes qui participent cette journée internationale sont:

  • Montréal
  • Québec
  • Gatineau
  • Sherbrooke
  • Trois-Rivières
  • Toronto
  • Ottawa
  • Vancouver
  • Windsor
  • La FAECUM interpelle le maire Tremblay

    La Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal (FAÉCUM) profite de la journée « En ville sans ma voiture » pour interpeller le maire de Montréal, Gérald Tremblay.

    Déplorant l'absence de pistes cyclables reliant l'Université au reste de la ville, la fédération demande que la situation soit corrigée. « Il est incompréhensible que la Ville n'ait pas entamé des travaux de réalisation d'une piste cyclable reliant le centre-ville de Montréal au campus de l'Université de Montréal. Ce n'est pas qu'un problème écologique. Pour des milliers d'étudiants, le vélo est d'abord un choix économique. Il demeure un des rares moyens de transport encore abordable. » a souligné le secrétaire général de la FAÉCUM, Jonathan Plamondon.

    La FAÉCUM soutient que l'administration Tremblay s'était engagée, lors de l'édition précédente de la journée, à relier l'Université au centre-ville par une piste cyclable. Selon un sondage commandé par la FAÉCUM, 41 % des étudiants utiliseraient le vélo pour se rendre à l'Université si un axe cyclable sécuritaire le leur permettait.

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.